Un Jour, une Idée

Podcasts

5 juillet 2018 : Le #JournalDeLaCoupeDuMonde

pexels-photo-355952

Louis-Marie Picard, chroniqueur du Journal de la Coupe du monde

Neymar

Au sommaire : Des roulades, un beau geste et un excès de vitesse. On commence avec le nombre de la semaine.

14 ! Comme les 14 minutes de roulades de Neymar depuis le début de cette Coupe du monde. Le brésilien est la risée de la planète foot avec ces simulations pour les uns, agressions pour les autres. Difficile de savoir. Certes le football est devenu de plus en plus violent, les blessures qu’il engendre de plus en plus fréquentes et graves et les conséquences financières pour les clubs importantes. J’enfonce des portes ouvertes. Ce qui fait jaser c’est surtout que les minutes passées par Neymar à faire des roulades ne sont pas corrélées avec des blessures.
Du coup le monde se gausse. Notre bande passante est envahie par les vidéos et les mèmes parodiant les roulades de Neymar. Doit-on installer des transats sur les pelouses russes ? La question se pose. Les brésiliens en revanche ont encore en mémoire la blessure de leur phénomène qui avait totalement déstabilisée la Selecao en 2014 et causé la raclée contre l’Allemagne.

Le beau geste de la semaine : Ronaldo et Cavani

Non il n’est pas question d’un dribble insensé, d’une lucarne improbable, ou d’une retournée acrobatique digne du Bolchoï. Nous jouons la 70eme minute entre l’Uruguay et le Portugal qui est mené. El Matador Cavani auteur d’un doublé se blesse (NB : devrait être absent contre la France). Là où n’importe quel joueur aurait pris du temps pour récupérer ou s’hydrater, Ronaldo lui ira épauler son adversaire uruguayen.
Une coupe du monde c’est souvent des petits gestes, parfois des mauvais gestes mais il faut applaudir ceux qui épaulent donc qui élèvent. Les footballeurs ont souvent la réputation injuste d’être des salles gosses millionnaires qui tapent dans un ballon. Ce geste est arrivé dans un contexte et dans une physionomie de match qui lui donnent une physionomie autre.

Un excès de vitesse à Kazan.

Alors que la limitation à 80 km/h a été appliquée ce 1er juillet sur les routes nationales françaises, Kyllian Mbappé a été flashé à 37 km/h sur la pelouse de Kazan dans l’accélération fulgurante qui a amené le pénalty de Griezmann. Mbappé est en avance sur sa génération. Il n’a que 19 ans mais en inscrivant un doublé en Coupe du monde il devient l’égal du roi Pelé. Ce n’est pas moi qui le dit mais Pelé.
Pour qu’il le soit vraiment, et qu’il entre dans la légende, il faudra que 60 ans après la bande à Pelé, les bleus gagnent la Coupe du monde et ça commence dès demain face à l’Uruguay.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *