• Société
Dimanche à 7h53, 11h52 et 23h25. 212 podcasts

Saint Joseph est un modèle de don désintéressé très nécessaire pour notre temps – partie II

25.03.23
Voir +

Réécouter l'émission

Saint Joseph est un modèle de don désintéressé très nécessaire pour notre temps – partie...

Osons la gratuité 07h05

Poursuivons notre réflexion¹ sur la figure de Saint Joseph dont nous disions la semaine dernière, au jour de sa fête, qu’il est un modèle de don de soi désintéressé très nécessaire pour notre temps. En effet, dans le siècle qui est le nôtre, tout imprégné d’idéologies matérialistes et utilitaristes, comment pratiquer à notre tour l’amour gratuit de Dieu et des pauvres, cet amour divin si pur qu’il ne veut se faire payer de rien et qu’il veut tout donner sans rien demander, comment le faire si on refuse de saisir la main de Dieu ? Comment lutter contre la tentation de vouloir faire le bien sans Dieu si nous n’avons pas sous les yeux un modèle de bonté divine à suivre ? Au fond quel modèle enthousiasmant de don de soi authentique pouvons-nous faire suivre à nos enfants, à nos petits enfants ? Pour répondre à ces questions, auxquelles l’humanisme athée et la philanthropie, ces grandes prophétesses de nos temps modernes, n’ont pas grand-chose à nous apporter, il me semble qu’il faut rappeler que dans une mesure sans pareil, le catholicisme a apporté une figure de gratuité inégalée après Jésus-Christ, celle de Saint Joseph, l’époux de la Vierge Marie et le père adoptif de l’enfant Jésus. Car Saint Joseph est le modèle de l’homme renouvelé par Jésus-Christ. Pourquoi cela ? Parce que son âme accepte de s’ouvrir, en contemplant l’enfant Jésus, à l’action de l’Esprit Saint dans le sein de la Vierge Marie. En accueillant le Verbe de Dieu et la Vierge Marie chez lui, Saint Joseph ouvre son âme à la connaissance de cet amour désintéressé qui règne depuis toute éternité entre Dieu le Père et Dieu le Fils. Comme le dit Saint Matthieu dans l’évangile Saint Joseph est l’homme juste² choisi pour être le chaste époux de la Vierge Marie, mais aussi, comme le dit la préface de la messe, le serviteur fidèle et prudent, gardien de la sainte Famille qui veilla comme un père sur Jésus³. La prière d’ouverture de la messe solennelle précise que Saint Joseph est le gardien des mystères du salut, le protecteur de l’Église⁴. Oh que de missions vous me direz ! Oui mais pour toutes ces missions, nulle part⁵ il n’est rapporté que Saint Joseph ait lancé une campagne d’informations ou une campagne de dons pour se servir, sur ses dons récoltés, un salaire et se verser un salaire. Bien au contraire, l’évangile rappelle que Saint Joseph travaillait de ses mains. Il travaillait de ses mains et il gagnait durement et humblement sa vie comme charpentier. Alors ce modèle de sainteté, de modestie inspira tellement Sainte Thérèse que, lorsqu’elle fonda⁶ au XVIème s. le premier Carmel de la réforme, elle le nomma ‘Saint Joseph d’Avila’. Une petite Sainte Famille sur la terre ! Ce petit couvent selon le cœur de Dieu que Jésus lui décrit un beau jour après la communion : « Il voulait qu’il fût dédié à saint Joseph. Ce saint nous protègerait à l’une de ses portes, Notre Dame à l’autre et lui-même, Jésus, se tiendrait au milieu. Ce monastère serait une étoile qui jetterait un grand éclat. »⁷ Alors tout est dit dans ce petit passage de Sainte Térèse. Le monde de Dieu est le monde de Saint Joseph. Alors il y a deux portes dans ce couvent : la première, c’est comme la porte d’entrée, la porte qui donne en fait dans la rue, et qui est confiée à Saint Joseph qui la garde. Elle puis cette porte permet de quitter donc ce monde un monde compliqué, mélangé, hostile et dangereux, on le voit bien tous les jours. Et l’autre, c’est la porte mystérieuse qui est à l’intérieur du couvent et par laquelle Jésus entre. Et il entre c’est la porte de la Vierge Marie, celle qui ouvre vers le Ciel.

Alors en gardant cette analogie, chers amis et d’ici à la semaine prochaine, retenons que Saint Joseph est le gardien de la porte qui nous permet de nous mettre à l’écart de ce monde, un monde qui aujourd’hui particulièrement veut se faire payer de tout. Et cette porte permet d’entrer dans le monde de Dieu, un monde où on se donne gratuitement. Voilà, à chaque fois que nous prenons Saint Joseph comme modèle de don de soi désintéressé, Dieu est là.

¹ Voyez la chronique du 19 Mars 2023 « Saint Joseph est un modèle de don désintéressé très nécessaire pour notre temps – partie I »

² Cf (Mt 1,19)

³ Cf Préface de la messe de la solennité de Saint Joseph

⁴ Cf Prière d’ouverture de la messe de la solennité de Saint Joseph

⁵ Que ce soit dans les saintes écritures et la Tradition Catholique, dans les écrits des pères et docteurs de l’église ou dans le témoignage des saints

⁶ Le 24 août 1562

⁷ Au chapitre 32 de son Autobiographie

Réagir à l'émission