Osons la gratuité

Podcasts

22 novembre 2020 : Par le repentir et le retour à Dieu nous pouvons retrouver la mémoire de la gratuité – partie II

pexels-photo-296282 (1)

Bonjour à tous. Par le repentir et le retour à Dieu nous pouvons retrouver la mémoire de la gratuité disions-nous[1]. Nous avons expliqué dans ces chroniques dominicales [2] de quelles façons la société occidentale combat l’évangile de la gratuité en prétendant le remplacer par le culte d’une bienfaisance païenne qui encourage l’homme à chercher son intérêt en même temps que celui de son prochain, et qui, au nom de la liberté et au mépris de la fraternité, a rendu licite d’imposer à son prochain toutes sortes de conditions et de contreparties pour lui faire du bien. Vous voyez, en ce sens, combien la pure gratuité des œuvres de Dieu, visibles dans la nature et dans l’action de sa Providence, révélée dans la personne du Christ, ne peut pas venir de la terre. Ce tendre avertissement du Christ « Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent » [3] est aussi une invitation à une prise de conscience urgente car la gratuité des œuvres du Christ rend visible au monde la supériorité des biens éternels sur ceux de la terre.

La gratuité est, sur le plan théologique, le lieu de la confrontation finale entre Dieu et Satan, car là s’opposent vérité et lumière du don de soi désintéressé pour la gloire de Dieu aux mensonges et ténèbres d’un matérialisme intéressé et sans éthique. Vous savez, la gratuité est combattue par Satan car elle entraîne trop d’âmes vers Dieu ! Oh, nous ne pourrons saisir la gravité de cette réalité tant que l’on n’aura pas compris que pratiquer la gratuité des œuvres de Jésus-Christ pour les pauvres, c’est retrouver le chemin du Ciel.

Même confinés et privés de sacrements, en contemplant la Sainte Croix, qui que nous soyons, nous pouvons retrouver la mémoire que la gratuité est une bonne nouvelle. Oui, la gratuité des miracles du Christ est un évangile qui garde en vie les pauvres en sauvant leurs corps de la corruption de la maladie et de la faim, et redonne la vie aux riches en sauvant leurs âmes de la corruption de la recherche d’intérêt à tout prix. Mais quand donc l’Occident acceptera-t-il de se repentir et de se laisser guérir par le Christ ?

Alors chers amis, et d’ici à Dimanche prochain, faisons mémoire de la règle d’or de la gratuité enseignée et pratiquée à la perfection par le Christ : « Ainsi, tout ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites le vous-mêmes pour eux : voilà la Loi et les Prophètes »[4].

Pratiquons cette règle dans nos familles et enseignons là.

Car lorsque l’homme retrouve la mémoire de la gratuité, Dieu est là.

[1] Voyez la chronique du 15 Novembre 2020 « C’est par le repentir et le retour à Dieu que l’on pourra retrouver la mémoire de la gratuité – partie I»

[2] Voyez les chroniques du 1 et du 8 Novembre 2020 « Il est urgent de refonder la notion de bienfaisance sur l’antique logique de la gratuité héritée du catholicisme »

[3] Cf (Lc XVI, 10)

[4] Cf (Mt VII, 12)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *