Osons la gratuité

Podcasts

22/09/2019 : Le dialogue avec le Christ est le préalable à une vie digne de l’Evangile de la gratuité

pexels-photo-296282 (1)

Bonjour. Face au scandale de la misère, la Tradition Catholique nous invite à venir en aide gratuitement aux pauvres : comment savoir ce que nous devons faire ? Il est devenu difficile de raisonner dans ce monde qui nous enferme en prétendant que tout se qui rapporte de l’argent peut être légalisé et que ce qui rapporte le plus d’argent est devenu sacré. En fait, l’occident post chrétien est un monde qui combat l’Évangile de la gratuité et veut nous faire oublier les grandes vérités de la vie future. C’est ainsi que beaucoup de nos contemporains, qu’ils soient chrétiens ou non, ignorent le contenu de l’enseignement moral de Jésus et même les bases du catéchisme de l’Église Catholique. « Cet exposé complet et systématique de la doctrine morale chrétienne »[1], en matière de ce qui est juste et bon de faire, est souvent combattu, notamment lorsqu’il définit nos devoirs en matière économique, d’aide au développement des pauvres, ou de service de l’Église.

Il est urgent de commencer notre propre examen de conscience, et de réentendre, de manière concrète, le contenu d’une  » vie digne de l’Evangile  » [2] à laquelle sont appelés tous les chrétiens. C’est le rôle des saintes écritures que de révéler à l’homme, avec douceur et dans une grande clarté, la profondeur de son péché. « Maître, que dois je faire de bon pour obtenir la vie éternelle ?» [3] demande ce jeune homme riche à Jésus. Pour saint Jean-Paul II, ce dialogue au chapitre XIX de l’Evangile de saint Matthieu, avec tous les passages bibliques auxquels les réponses de Jésus nous renvoient, constitue pour chacun de nous une trame utile pour réapprendre l’enseignement moral du Christ[4] .

Pour les catholiques, la seconde étape après l’étude de la Parole de Dieu éclairée par le magistère, est de faire soi même l’expérience du pardon de Dieu en allant se confesser. Comme le dit le pape François, « Une des choses les plus difficiles à comprendre, pour tous les chrétiens, c’est la gratuité du salut en Jésus-Christ »[5].Or justement ce sacrement, comme beaucoup d’autres, est de plus en plus déserté. Et cela contribue certainement à l’oubli de cette règle d’or de la gratuité enseignée par le Christ à ses apôtres : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. »[6]  En pratique : Prenons conscience de ce qu’il reste peut être encore à faire de nos talents, de notre temps et de notre argent pour réparer nos fautes et servir nos frères dans la misère, gratuitement. Même si ils n’ont rien à nous rendre en contrepartie.

[1] Cf saint Jean-Paul II, Veritatis Splendor n°5

[2] (Ph I, 27)

[3] Cf (Mt XIX, 16-21)

[4] Cf saint Jean-Paul II, Veritatis Splendor n°6

[5] Pape François, homélie à Rome, 15 octobre 2015

[6] (Mt X,8)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *