Osons la gratuité

Podcasts

Émission du 19 octobre 2018 : L’esprit du RES

pexels-photo-296282 (1)

I. Vous avez fondé le Réseau des Entrepreneurs Solidaires sur le principe du don et de la gratuité, pourquoi ?

Pour permettre au plus grand nombre de retrouver la joie de se donner soi même et de servir les pauvres gratuitement avec les Missionnaires de l’Église Catholique[1]. RES est pour cela ouvert à toute personne de bonne volonté qui approuve sa charte d’adhésion et ses statuts.

II. En quoi RES se distingue d’autres organisations humanitaires ?

RES reconnaît la validité du travail de nombreuses organisations d’aide humanitaire. Toutefois, sa mission est de relever le défi des causes structurelles de la pauvreté et de la faim, et d’agir en faveur d’un développement humain intégral là où l’aide internationale et les ONG renoncent à être présents ou se retirent. Dans ces zones de non droit, des multitudes sont exclues du développement humain, relégué au rang d’être humain de 2nde catégorie. Leur vie est comptée pour rien.

Là, RES est souvent le seul  rempart contre « l’économie de l’exclusion » et la « culture du rebut «, le seul soutien de ceux qui sont les « balayures » et les « sans voix » du monde comme le dit le Pape François. Ce qui distingue RES au fond c’est son choix exclusif d’imiter l’amour gratuit des missionnaires pour les pauvres, sans distinction de race, de culture et de religion. Un amour exigeant et reconnu pour son efficacité et son héroïsme par les autorités locales.

Pourtant, ces œuvres reçoivent très peu d’aide en proportion de leur impact sur le développement humain. C’est pourquoi RES a reçu cet appel mystérieux de les soutenir.

III. Que fait RES concrètement ?

La joie et le devoir du RES sont de rester en relation permanente avec les missionnaires et les pauvres. D’abord par un groupe de prières qui prie aux intentions qu’ils nous envoient. « Si habiles et si braves que soient les hommes dans la lutte et l’effort pour le salut commun, leur peine est absolument perdue si Dieu ne combat pas avec eux » disait saint Pie X[2].

Puis nous partageons leur quotidien une fois par an au travers de 150 visites de communautés aux frais des bénévoles chaque année.

Ensuite, nous les soutenons matériellement. Chaque année nous achetons, stockons et livrons grâce à nos bienfaiteurs, et en exonération de taxes, plus de 300 tonnes de médicaments et de matériel médical, de produits nutritionnel et éducatif de première urgence introuvable sur place ou inabordable, au travers de plus de 90 expéditions maritimes, aériennes et routières complexes. Enfin nous sommes la voix des pauvres en témoignant là où la Providence nous appelle, au nom de ceux qui sont exclus du développement humain parce qu’ils ne rapportent pas assez (une dizaine de conférences par an).

Le site du RES donne de nombreux exemples de projets et de possibilités d’implication[3] En lisant les témoignages, on saisit mieux pourquoi les missionnaires sont une école pour faire grandir en nous la compassion de Dieu pour tous les pauvres, et pour nous faire éprouver une sainte colère devant l’injustice.

Vous savez, après toutes ces années avec les missionnaires, chacun de nous au RES saisit mieux le défi de défendre tout l’homme et tout homme, de goûter la joie de servir les pauvres avec peu de moyens, et surtout, oui surtout, d’apprendre à servir les pauvres en comptant sur le soutien de la Providence Divine.

Notre plus grand défi sur terre reste d’apprendre à aimer les pauvres en imitant l’éternité du don de Dieu.

 

[1] Cf article 3 de ses statuts

[2] Cf Saint Pie X, Lettre au directeur de l’Apostolat et de la prière, 9 avril 1911, in La prière dans l’Enseignement des papes, Solesmes, 1981, p. 211-212

[3] www.entrepreneurs-solidaires.ch

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *