Osons la gratuité

Podcasts

16/02/2020 : Pour sainte Thérèse de Lisieux, c’est en regardant Jésus dans sa Face que nous voyons que Dieu nous aime gratuitement

pexels-photo-296282 (1)

Bonjour à tous, Comment trouver le bonheur ? Comment saisir que si nous voulons que notre vie soit heureuse, Dieu doit être placé en premier ? Et comment le vivre quand nous sommes justement accablé par les épreuves et abandonné par ceux que nous aimons ? C’est là une question essentielle mais bien difficile. Les réponses des philosophes et des théologiens nous laissent parfois sur notre faim. Pourtant, seul le Christ peut nous rassurer que se donner gratuitement est bien la clef de notre bonheur. Le psaume CI qui est lu aux laudes, au moment où le poids de la nuit s’efface devant la lumière renaissante, nous en donne pourtant l’assurance : «Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s’est penché, du Ciel, il regarde la terre pour entendre la plainte des captifs et libérer ceux qui devaient mourir. »[1] Mais il est juste d’objecter que cela n’explique pas comment le vivre concrètement au quotidien quand nous sommes accablé. En nous mettant à l’écoute de la théologie de sainte Thérèse de Lisieux, nous avons pourtant une réponse simple et puissante : « Jésus brûle d’amour pour nous… Regarde sa Face adorable… Regarde ses yeux éteints et baissés… Regarde ses plaies… Regarde Jésus dans sa Face, là tu verras comme il nous aime » [2] . Comme l’écrit sainte Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte Face « Vous n’aurez pas de peine à chérir la croix et les larmes de Jésus si vous pensez souvent à cette parole : ‘Il m’a aimé(e) et s’est livré pour moi !’ ». [3]

Qu’est ce à dire ? Et bien à chaque fois que nous aimons gratuitement, nous nous rendons compatible avec Dieu et nous nous préparons à la vie éternelle parce qu’au Ciel il n’y a que de la gratuité. Au fond, il s’agit du combat dont sainte Thérèse de Lisieux parle et qu’elle appelle l’exil en référence à notre patrie céleste. Car vous avez, notre patrie n’est pas sur terre, mais notre patrie est au Ciel, dans l’éternité de la fidélité et de la gratuité de l’amour qu’est Dieu lui même. Quelle joie vraiment !

Alors en pratique, méditons cette semaine  ce testament de Sainte Thérèse de Lisieux, quelques mois avant son entrée dans la vie éternelle : « l’amour, c’est tout donner et se donner soi même » [4] À l’école de cette immense sainte, déclarée docteur de l’amour, l’oubli très actuel de la gratuité est un appel à remettre l’homme au centre de la société civile, à reprendre le chemin du don de soi chrétien, désintéressé et exigeant, sans condition ni recherche de contrepartie, à notre détriment s’il le faut. Cet appel à redécouvrir la gratuité de la charité chrétienne manifestée par Jésus Christ dans sa sainte Face nous concerne tous.

[1] (Ps CI, 20-21)

[2] Sainte Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte Face, Lettre 87

[3] Sainte Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte Face, Lettre 184

[4] Cf Sainte Thérèse de Lisieux, Poésie 54, mai 1897

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *