Osons la gratuité

Podcasts

15 mars 2020 : Saint Crépin et saint Crépinien sont de puissants intercesseurs pour les apôtres de la gratuité

pexels-photo-296282 (1)

Bonjour à tous, Nous avons montré [1] pourquoi saint Crépin et saint Crépinien, les saints patrons des cordonniers, sont des témoins lumineux de l’Évangile de la gratuité. Mais pouvons nous comme eux aimer gratuitement Dieu et notre prochain, au mépris de notre propre vie ? Quelle était leur motivation ? Lorsque l’empereur Maximien-Hercule, qui était de passage dans le nord des Gaules, les interrogea publiquement sur leur apostolat et leur foi, il les menaça ainsi : « Si vous persistez dans cette folie je vous ferai périr d’une mort cruelle: si vous sacrifiez aux dieux, je vous comblerai de richesses et d’honneurs. » Les saints frères répondirent : « Tu crois nous effrayer par tes menaces, mais, pour nous, le Christ est la vie, et la mort est une grâce. Quant aux richesses et aux honneurs, nous les avons quittés volontairement; garde-les pour tes amis. Si toi-même tu ne renonces pas à tes dieux, tu brûleras au fond de l’enfer. » Transporté de rage, Maximien abandonna les deux chrétiens à l’un des plus cruels exécuteurs, nommé Rictiovarus, gouverneur de la Gaule Belgique, pour les torturer avec une violence extraordinaire. Rictiovarus leur fit enfoncer sous les ongles des roseaux pointus qui se retournèrent contre les bourreaux et en tuèrent ou blessèrent plusieurs; il les fit ensuite jeter en plein hiver avec des meules de moulin au cou dans une rivière glacée, mais ils surnagèrent et ne sentirent pas le froid. Plongés dans une chaudière remplie de plomb fondu inoffensif pour eux, une goutte du terrible liquide jaillit sur l’oeil du tyran qui devint borgne. Dans sa fureur, il plongea les saints frères dans une autre chaudière remplie d’un mélange de poix, de graisse et d’huile. Il y entrèrent en chantant de pieux cantiques et des anges vinrent les en faire sortir. Rictiovarus, fou de rage et sans doute saisi du démon, se jeta au milieu pour attiser le brasier mais il fit un faux pas et brûla dans les flammes. Quant à saint Crépin et saint Crépinien, qui priaient à haute voix Jésus-Christ de leur accorder la couronne du martyr ils eurent la tête tranchée le lendemain[2].

Alors en pratique, retenons cette semaine que la vie des saints est la voie sûre vers l’union parfaite avec le Christ qui nous permettra sur terre d’aimer, gratuitement et surnaturellement, Dieu et notre prochain. Car comme le rappelle le concile Vatican II « Lors donc que nous considérons la vie de ceux qui ont fidèlement suivi le Christ (…) nous apprenons la voie sûre par laquelle, au milieu de l’agitation du monde, nous pourrons, chacun selon son état de vie et sa condition particulière, arriver à l’union parfaite avec le Christ, ou, si l’on veut, à la sainteté[3]. »[4]

 

[1] Voyez la chronique de la gratuité pour RND « Saint Crépin et saint Crépinien sont des témoins lumineux pour notre temps de l’Évangile de la gratuité »

[2] C’était le 26 octobre 285 ou 286.

[3] Cf (Hb. XI, 3-40; XIII.7) ; Pie XII, Mediator Dei: AAS 39 (1947) pp. 582-583

[4] Cf LG, 50

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *