Osons la gratuité

Podcasts

12 avril 2020 : Sainte Odile nous rappelle que la gratuité de Dieu peut guérir ce monde de sa cécité spirituelle

pexels-photo-296282 (1)

Bonjour à tous ! Pourquoi la civilisation occidentale a-t-elle oublié ce qu’est la gratuité authentique ? S’il ne s’agit pas de nier les contributions essentielles des cultures juives, grecques et romaines, germaines et arabes à la solidarité occidentale, il est devenu urgent de rappeler la contribution décisive de ces héros que furent les grands saints issus du catholicisme. Ils ont en effet bâti et transmis la culture aujourd’hui disparue de la gratuité en Occident. En effet, en mobilisant les intellectuels de renom, issus de disciplines diverses, dont des historiens parmi les plus éminents des cent dernières années, dont beaucoup ne sont pas catholiques, le père William J. Slattery a documenté de façon très structurée que « le préjugé idéologique selon lequel il est impossible que le catholicisme ait pu être l’architecte et le bâtisseur de la civilisation occidentale ne résiste pas à l’épreuve des faits.» [1] En référence à l’expression latine du Magistère « Roma locuta, causa finita » l’auteur affirme dès lors « l’histoire a parlé, le débat est clos.» [2] Pourtant, alors que cette longue procession hétéroclite de savants incontestés ont fait s’effondrer les bastions du déni les uns après les autres, certains, aveuglés par de vieux préjugés, voudraient éliminer tout à fait ceux qui pratiquent encore aujourd’hui la bonté authentique et surnaturelle des saints envers les pauvres.

Alors en pratique, dans ce monde qui devient un enfer parce qu’il a oublié ce qu’est la gratuité, méditons en famille si possible la vie de sainte Odile[3] qui naquit à Obernai, dans l’est de la France. [4] Son père, Adalric, était un barbare à demi converti, quoique duc souverain d’Alsace. Or Odile naquit aveugle. Le duc, croyant que cette infirmité était une punition de ses crimes, ordonna de faire disparaître l’enfant. La mère[5], pour sauver sa fille, la confia secrètement à une servante dévouée qui l’éleva dans un monastère appelé Palma, actuellement Baume-les-Dames. L’enfant grandit jusqu’à l’âge de douze ans sans qu’on eût songé à la baptiser. Une nuit, le Christ apparu à saint Ehrard, évêque de Ratisbonne[6], qui lui demanda de baptiser l’enfant : l’homme obéit aussitôt à Dieu [7]

Au même moment, tout comme Saint Paul [8], Odile retrouva la vue et se consacra à Dieu. Son frère Hugues pris sur lui de la ramener à la maison sans l’accord de leur père  qui tua son fils. Pris de remords, il consenti à sa fille d’entrer dans un monastère et pour réparer ses crimes, il lui fit donation de l’ancienne forteresse et de la montagne de Hohembourg, près d’Obernai où sainte Odile s’installa [9] avec bientôt cent trente religieuses sous sa direction.

Un jour elle rencontra sur le flanc de la montagne un pauvre lépreux mourant de soif. Imitant le geste de Moise à l’Oreb, Sainte Odile frappa de son bâton le rocher voisin, et aussitôt il en sortit une eau abondante. Cette source porte encore le nom de Sainte-Odile, qui rappelle à tous ceux qui souffrent de cécité spirituelle que là où est encore aujourd’hui la charité issue du catholicisme, Dieu est là.

[1] Cf P. William J. Slattery « Comment les catholiques ont bâti une civilisation » Mame, 2020, p. 25

[2] Cf P. William J. Slattery « Comment les catholiques ont bâti une civilisation » Mame, 2020, p. 25

[3] Voyez J.-M. Planchet, Nouvelle Vie des Saints, 2e éd. Paris, 1946

[4] le 1er juin 1827

[5] . Sa mère, nièce de saint Léger, évêque d’Autun, s’appelait Bereswinde.

[6]  « Lève-toi », lui dit le Christ « pars pour le monastère de Palma: tu y trouveras une jeune fille aveugle de naissance. Prends-la et baptise-la au nom de la Sainte Trinité. Impose-lui le nom d’Odile, et aussitôt baptisée, elle recouvrera la vue.

[7] après avoir répandu sur Sainte Odile de l’eau sainte, et enduit ses yeux du Saint-Chrême, il ordonna : « Au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ, que ton corps voie comme ton âme!«

[8] lorsqu’il fut baptisé par Ananie

[9] en 680

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *