Osons la gratuité

Podcasts

9/02/2020 : La gratuité oubliée du Très Saint Rédempteur – 2nde partie

pexels-photo-296282 (1)

Bonjour à tous. Quel est ce mystère qui se cache derrière la gratuité de Jésus Christ qui a donné sa vie pour nous sur la Croix, et qui continue de se donner à chaque sainte messe  pour que nous contribuions à notre Salut? Il nous faut poursuivre notre réflexion[1] sur la notion de Rédemption[2], car pour la Tradition Catholique, le Fils de Dieu ne nous mérite pas seulement le pardon de nos fautes, mais Il nous mérite aussi toutes les grâces qui font les saints, comme les bonnes pensées, les pieux désirs, les grâces des sacrements et de tous les moyens de salut largement dispensés par la sainte Église. Pourtant, le Christ aurait pu nous racheter et nous procurer tous ces biens par un seul de Ses soupirs. Mais alors pourquoi Jésus a-t-il alors voulu donner tout Son sang et renouveler Son sacrifice tous les jours sur tous les autels du monde ? Vous savez, c’est afin de nous témoigner plus d’amour, et aussi pour ôter tout prétexte à notre lâcheté. C’est ce qu’explique Saint Jean dans son évangile : « de même que Moïse a élevé le serpent au désert, ainsi faut-il que le Fils de l’Homme soit élevé, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais ait la vie éternelle.»[3] Comme ceux qui regardaient hier le serpent d’airain ne mourrait pas de la morsure des serpents, mais en étaient guéris, ceux qui considèrent aujourd’hui le Crucifié par la foi sont guéris des blessures du péché. Pour Saint Augustin « Jésus-Christ  est descendu du ciel et Il est mort, et par Sa mort elle-même, Il nous a délivrés de la mort. »[4]

Alors vraiment, comment ne pas aimer Celui qui a bien voulu Se livrer à  la croix pour nous sauver ? Ce titre de Rédempteur nous invite à aimer Dieu Trinité, le Père, le Fils, l’Esprit qui est la gratuité même de Dieu. Voilà ce dévouement divin qui nous encourage à sacrifier tous nos biens, notre corps, notre esprit, notre cœur pour les pauvres par amour de Dieu.

Alors en pratique, méditons cette semaine, avec bienveillance pour nous même et pour chacun, cette vérité de la foi catholique transmise par saint Paul «  Ce qui est à ma portée, c’est de vouloir le bien, mais pas de l’accomplir. Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je voudrais pas. Malheureux homme que je suis ! »[5]. Oui, il n’a coûté à Dieu qu’une parole pour créer l’univers, mais que de courses, que de travaux, que de sueurs, que de fatigues, que d’humiliations, que de supplices pour nous racheter ! La gratuité du Très saint Rédempteur nous invite à ne pas rendre Ses souffrances et Sa mort inutiles, mais à être dociles à Ses commandements, à travailler sans relâche à notre salut et à celui du cher prochain.

[1] Voyez la chronique de la gratuité sur RND « La gratuité oubliée du Très Saint Rédempteur – 1ère partie »

[2] Nous empruntons ce qui suit au résumé O.D.M disponible sur  https://sanctoral.com/fr/saints/le_tres_saint_redempteur.html

[3] Cf (Jean III, 14-15)

[4] Cf Saint Augustin, 12ème traité sur Saint Jean, n° 10

[5] Cf (Rm VII, 18-25a)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *