Osons la gratuité

Podcasts

3 janvier 2021 : La gratuité des œuvres de charité du catholicisme dévoile le péché du monde

pexels-photo-296282 (1)

Bonjour à tous. La gratuité des œuvres de charité du catholicisme dévoile le péché du monde. Car vous savez, là où le monde occidental, égoïste et malade, se glorifie d’insulter ce qui est sacré, on a oublié ce qu’est la gratuité à force de vouloir effacer l’histoire. Ce sont pourtant les catholiques qui ont transmis, souvent au prix de leur sang, le principe du don de soi désintéressé à des peuples barbares qui l’ignoraient.

 

Oui, encore aujourd’hui, le témoignage des martyrs de la charité que sont les religieuses de mère Teresa, ou les filles de la charité de Saint Vincent de Paul, pour ne citer qu’elles, est bouleversant. Il change notre vie d’abord par une question : d’où vient cette gratuité de leur amour pour les plus misérables ? Oh vous savez, dans ces lieux si éprouvants et dangereux parfois, le FMI et les ONG, l’aide internationale au développement comme les services publics ne vont pas où se retirent. Chacun de ceux qui ose pourtant les visiter éprouve une grande réticence à la vue de malades parfois si repoussants, que le risque est grand d’y perdre sa propre vie. Et pourtant, vous savez, si on faisait l’effort de suivre cette gratuité-là, on redécouvrirait ce signe divin et mystérieux, oublié mais réel de la victoire de la vie sur la mort. Alors, il nous faut parler de la question plus large qui s’impose à nous ; à l‘époque de la dictature occidentale d’un progrès sans éthique et sans Dieu, de la domination sans partage d’un culte du profit sans limite, quel sens a encore pour nous cette gratuité qui vient du Ciel, qui sauve des vies qui ne rapportent rien sur terre ?

 

Vous savez, sur l’autel du profit et de la recherche du pouvoir à tout prix, ce siècle sacrifie en masse ceux qui ne rapportent pas assez aux idoles du matérialisme occidental. C’est pourquoi il est urgent de répondre à ces questions en présentant la gratuité comme un lieu mystérieux qui oriente les consciences vers la recherche de la vérité sur Dieu comme gratuité, et sur l’Église Catholique comme mémoire maternelle et vivante de la gratuité. Oui, la mort d’un innocent dont la vie ne vaut rien parce qu’elle ne rapporte pas assez est exemplaire : elle récapitule l’univers du péché sous nos yeux, dans ce siècle qui veut vivre sans Dieu et qui méprise le droit des pauvres à la vie.

 

Oh alors chers amis, et d’ici à Dimanche prochain, ne nous étonnons pas que la gratuité authentique, qui subsiste dans les œuvres de charité de l’Église Catholique, soit si combattue par Satan. Elle reste cette puissante lumière qui rappelle à l’homme et à la femme, tous deux, qu’ils ont les mêmes capacités « celles d’imiter Dieu, de participer au Saint-Esprit » [1]. N’oublions pas que nous sommes invités sur terre à imiter la gratuité de Dieu pour soulager les pauvres afin d’«acquérir la vertu » [2] et non pas y chercher au passage notre intérêt, comme le soulignait déjà Didyme l’Aveugle.

[1]  Cf Didyme l’Aveugle, aveugle de naissance, a été le maître de l’école catéchétique d’Alexandrie, Sur la Genèse, trad. P. Naulin, L. Doutreleau, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes » 233, 1976,p. 149-151.159

[2]  Cf Didyme l’Aveugle, aveugle de naissance, a été le maître de l’école catéchétique d’Alexandrie, Sur la Genèse, trad. P. Naulin, L. Doutreleau, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes » 233, 1976,p. 149-151.159

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *