Le Grand Témoin 7h30

Podcasts

26 février 2020 : Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, primat des Gaules

thumbnail_Louis Daufresne

Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, primat des Gaules.

cardinal barbarin

Commentaires

  1. Je trouve insupportable qu’on nous ait servi le mercredi des cendres une nouvelle rasade de Philippe Barbarin. Il est vrai que c’est un jour de pénitence…
    Son ton manifeste que c’est un hyperactif qui n’a jamais été soigné. Qu’est-ce qu’il a encore à caracoler et à se raconter ? C’est indécent. Son manque de discernement a suffisamment contribué à mettre l’Église de France dans l’état où elle est aujourd’hui…
    Je trouve que c’est une faute professionnelle de la part de Radio Notre-Dame. Plutôt que de l’inviter à s’exprimer, vous auriez mieux fait de l’aider à se taire.

  2. je partage totalement la réaction de Dominique AUZANET, je trouve les propos du cardinal insupportables à entendre : Cette façon de toujours parler de moi, indécent : la fausse modestie, cela existe aussi. Radio Notre Dame n’aurait pas dû transmettre cet interview.

  3. Au Père Dominique Auzenet,
    « Son manque de discernement a suffisamment contribué à mettre l’Église de France dans l’état où elle est aujourd’hui… »

    Ne serait-pas de ce propos-ci, à l’emporte-pièce, comme d’ailleurs à peu près tout le commentaire, que l’on pourrait dire qu’il manque de discernement ?

  4. Merci pour cette interview qui a le mérite de donner la parole au cardinal Barbarin, alors que peu de médias ont eu ce courage. Le lynchage médiatique à déjà eu lieu, MERCI à radio ND pour ce témoignage .

  5. Merci pour cette interview.

    Oui, Philippe Barbarin a été victime d’un lynchage médiatique inimaginable. Si la justice le reconnait non coupable apkrès avoir passer au crible son passé, son comportement, son ordinateur, ses relations, et surtout, ce qui est naturel, toutes ses activités en qualité de prêtre puis évêque et cardinal.
    Il est le premier à s’indigner des crimes sur des innocents. Mais ces crimes ont eu lieu alors qu’il était seulement aumônier dans la banlieue parisienne !
    L’horreur est que le père Prélat a récidivé ; c’est ainsi que tout le monde lui est tombé dessus, content d’avoir trouvé le coupable et le « faire payer ».
    Tous ceux qui le connaissent sont touchés par sa foi vive, communicative, encore maintenant, et au-delà sa grande umanité (relations avec les paroissiens, jeunes et moins jeunes, aide à Madagascar, où le taux de mortalité est effrayant, aux Chrétiens d’Orient etc. ou tout simplement au SDF du coin) même s’il est et restera à vie toujours marqué, mais sans rancune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *