Le Grand Témoin 7h30

Podcasts

26 janvier 2021 : Père Joël Pralong (de Sion, Suisse), supérieur du séminaire du diocèse de Sion en Suisse. Pourquoi avons-nous si peur de la mort ? Faire face et trouver la paix intérieure (Artège)

thumbnail_Louis Daufresne

Père Joël Pralong (de Sion, Suisse), supérieur du séminaire du diocèse de Sion en Suisse. « Pourquoi avons-nous si peur de la mort ? Faire face et trouver la paix intérieure » (Artège)

PralongLa peur est partout et sans nul doute la pire des épidémies. “À cause d’elle, nous fuyons la vie sans éviter la mort”, écrit le père Joël Pralong. La foi devrait pourtant nous en prémunir. Est-ce aussi simple ? Le père Pralong est supérieur du séminaire de Sion (Suisse). Infirmier de formation, il est une référence sur le terrain du double éclairage de la psychologie et du spirituel et il officie beaucoup aussi sur les questions de moeurs : Église et homosexualité, un accueil si difficile (Mediaspaul) est le titre de l’une de ses dernières réflexions.

 

Commentaires

  1. Ce Père Suisse est un fidèle complice de François…

    Bien sûr qu’il faut aimer et respecter tout le monde; cela est un idéal.

    Mais de là à faire ce type de promotion cachée de LGBT++ … Je crains que cela va encore faire fuir un certain nombre de Chrétiens. François ne comprend pas que l’Eglise n’a vraiment pas besoin de çà car on l’entend déjà sur tous les médias progressistes.

    C’est à l’image de la crèche du Vatican.

  2. C’est sûr que la promotion de l’homosexualité ne peut mener qu’à des souffrances. En effet Chacun n’est attiré que par plus attirant que soi, si bien que seuls les plus attirants peuvent y trouver leur bonheur. Quand aux autres, la foule des moins attirants ils écopent de l’infortune, soit de rester seuls s’ils restent fidèles à leur désir, soit de se joindre à d’autres qui ne les attireront pas.
    Mais je pense qu’au départ, si Adam était un homme, c’est que les femmes aussi étaient des hommes. En fait, il n’y avait que des hommes. Et puis certains hommes sont devenus des femmes. C’est bizarre. Sans doute s’agit-il de ceux qui ont voulu quitter le Ciel pour cette vie de misère que nous connaissons sur la terre.

  3. On cherche en vain à décoller un peu dans cette émission.
    Et il est difficile de saisir si le séminaire de Sion est un centre de psychologie ou de psycho-sexologie.

    La relation, dans les explications données, entre doctrine et pastorale n’est pas claire, si toutefois l’invité veut vraiment en établir une.
    On cherche parfois à désembrouiller ce qui est dit.
    C’est plus clair dans le catéchisme de l’Église catholique (CEC) et au moins autant dans le document « Homosexualitas Problema » ou « Lettre aux évêques de l’Église catholique sur la pastorale des personnes homosexuelles » de 1986 du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Ratzinger ou il est dit, entre autres que « l’inclination particulière de la personne homosexuelle constitue néanmoins une tendance, plus ou moins forte, vers un comportement intrinsèquement mauvais du point de vue moral. C’est la raison pour laquelle l’inclination elle-même doit être considérée comme objectivement désordonnée ».

    Mais cette vérité est-elle audible aujourd’hui, même sur RND ? Un invité, un directeur de séminaire s’autorise-t-il à s’y référer, même en usant de pédagogie ?

    « Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus » dit Jésus, qui accompagne chaque situation humaine.
    Oui à l’Église qui croit à notre capacité à maîtriser nos désirs et nos pulsions, qui doit nous aider à révéler nos péchés par la miséricorde divine pour nous en libérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *