• Actualité
Lundi au Jeudi à 7h30 1519 podcasts

Loi sur la fin de vie : que dit le Comité consultatif national d’éthique ?

15.09.22
Voir +

Réécouter l'émission

Loi sur la fin de vie : que dit le Comité consultatif national d’éthique ?

Le Grand Témoin 07h35

Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita, Pascale Morinière, médecin généraliste, présidente des Associations familiales catholiques (AFC) et  Éléonore Le Cesne, interne en médecine générale, porte-parole de « Soulager mais pas Tuer » et  Gaël Durel, médecin généraliste, vice-président de l’Association Nationale des Médecins Coordonnateurs en EHPAD et du Médico-social (MCOOR)

Il est possible de légaliser une aide active à mourir, mais à de « strictes » conditions. Rendu mardi par le Comité d’éthique, cet avis a été immédiatement suivi du lancement, par Emmanuel Macron, de premières démarches en vue d’un éventuel changement de loi.

Le président de la République a annoncé le lancement d’une consultation citoyenne sur la fin de vie qui rendra en mars ses conclusions en vue d’un éventuel changement de « cadre légal » d’ici à la fin 2023. Il n’exclut ni une issue par voie parlementaire, ni un référendum.

Emmanuel Macron envisage d’en faire la grande réforme sociétale de son second quinquennat. Il avait récemment relancé le sujet et, pour donner le signal de départ, n’attendait plus que l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Après diverses évolutions législatives, médicales et sociétales ces dernières années, le CCNE a rendu mardi un avis très nuancé mais acceptant, pour la première fois, la possibilité d’une aide « active » à mourir.

Le comité, auto-saisi de la question l’an dernier, « joue son rôle de boussole pour essayer d’avancer sur un problème extrêmement complexe »: savoir « si notre mort nous appartient », selon son président Jean-François Delfraissy.

Réagir à l'émission