Le Grand Témoin 7h30-8h30

Podcasts

15/01/2020 : Claude Langlois, directeur émérite à l’École pratique des hautes études. On savait mais quoi ? – la pédophilie dans l’Église de la Révolution à nos jours (Seuil)

Louis Daufresne radio don

Claude Langlois, directeur émérite à l’École pratique des hautes études. On savait mais quoi ? – la pédophilie dans l’Église de la Révolution à nos jours (Seuil)

Claude Langlois

 

Commentaires

  1. J’ai réfléchi sur la question des relations sexuelles illicites. Il me semble que l’interdiction biblique et l’interdiction pénale se différencient. Ainsi si un homme a un rapport hors mariage avec une femme, l’acte est illicite dans tous les cas du point de vue moral, mais seulement dans celui d’un non consentement du point de vue laïc. La condamnation est objective dans un cas, subjective dans le second. Il me semble que cette relativité institue en fait un nouveau délit : le délit d’être moche. Vu qu’évidemment ce sont surtout les moches auxquels on ne donne pas son consentement.
    Ainsi se retrouve-t-on dans une société ou en même temps l’on pourra avoir des gens qui en promènent d’autres en laisse comme des chiens : car qu’y a-t-il à dire si c’est consenti ? Et en même temps où l’on pourra faire un procès à quelqu’un parce qu’il nous aura regardé d’un regard un peu appuyé, ou souri d’un sourire un peu doucereux si tant est qu’on n’y a pas consenti et qu’on pourra donc s’en plaindre comme d’une violence psychologique voire même d’un viol symbolique.
    Charge à la personne mise en cause de montrer qu’il y avait une présomption de consentement, mais comment si elle est moche ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *