Le Grand Témoin

Podcasts

12 février 2018 : Catherine BRÉCHIGNAC, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, ex-présidente du CNRS. Publie « L’Irrésistible envie de savoir » (Cherche midi)

Louis Daufresne radio don

Catherine BRÉCHIGNAC, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, ex-présidente du CNRS. Publie « L’Irrésistible envie de savoir » (Cherche midi).

Catherine Bréchignac

 

Commentaires

  1. Certains contestent la valeur prédictive du quotient intellectuel et soulignent l’importance de l’intelligence émotionnelle. De fait le tout n’est pas d’avoir une voiture puissante pour aller loin mais aussi de savoir la conduire. Ne pourrait-on faire passer leur quotient intellectuel aux membres de l’académie des sciences pour voir s’il appartient ou non aux plus hautes classes comme on peut le supposer ? De sorte qu’en sont naturellement exclus, quoiqu’ils puissent faire par ailleurs, tous ceux qui en ont de moindres ?

  2. Pourriez-vous poser une question à Mme Brechignac

    Il y a un an, la chambre des représentants a organisé un débat contradictoire entre représentants du Giec et tenants de la thèorie solaire comme cause explicative des variations climatiques. Il y a été fait la recommandation que les budgets publics financent des « équipes bleues » et des « équipes rouges » avec des axes de recherches contradictoires. Pourquoi pas cela en France?
    Peut-on parler « d’irrésistible envie de savoir » quand on utilise de plus en plus le consensus comme preuve scientifique. Le consensus n’est-il pas qu’un argument d’autorité, alors que c’est le débat contradictoire approfondi qui permet de rechercher l’autorité des arguments?

  3. C’est étonnant. Voilà une invitée tellement douée intellectuellement et née d’un milieu tellement favorisé, qu’elle en vint à choisir la physique « presque par paresse »… Quand on pense à l’absence totale de facilité qu’y rencontrent tant d’autres, à ce que leur coûte le moindre point, à ce qu’il leur faut de temps pour comprendre la moindre chose, pour résoudre le plus petit exercice -quand ils y arrivent- et à la vitesse par contre avec laquelle ils auront tout oublié dès que leur scolarité ne leur imposera plus de s’y efforcer.
    Vraiment quelle affreuse injustice !
    Mais comment imaginer un Dieu capable de cela ? Non ce ne peut-être que le hasard. Si un Dieu existe et qu’il a créé, dit-on, nos âmes, alors les âmes en venant sur terre, on dû tirer au sort une destinée. Et comme dans tout tirage au sort, il y avait beaucoup de choix médiocres pour seulement quelques uns de brillants.

  4. Les dons sont donnés par le Seigneur pour notre progression, celle de l’humanité entière, dans le respect de « la maison commune ». Espérons que ces grands savants travaillent à cela. Quid des déchets nucléaires ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *