Le Débat de la Semaine

Podcasts

Émission du 23 novembre 2018 : Le mouvement des gilets jaunes

Radio Notre Dame  Décembre 2012

Guillaume Goubert, directeur de la rédaction de La Croix

Victor Loupan, journaliste

Samuel Pruvot, rédacteur en chef à Famille Chrétienne

 

  • Seul compte le rapport de forces. Et il existe entre les gilets jaunes et le gouvernement. Alors que les manifestants veulent bloquer Paris ce samedi. Emmanuel Macron se prépare à annoncer de nouvelles mesures mardi prochain pour rendre la transition écologique « acceptable et démocratique ». Quel est le sens de cette insurrection de la base ? Révolte des petits blancs paupérisés ? Convergence des luttes FN/FI ? Jacquerie d’Ancien Régime
  • Emmanuel Macron a lancé mercredi soir une offensive de séduction en direction de quelque 2.000 maires méfiants invités à l’Élysée, avec qui il s’est livré à un jeu de questions-réponses parfois très franc. Edouard Philippe a affiché jeudi sa volonté d’un dialogue « de bonne qualité » devant le Congrès de l’Association des maires de France (AMF), dans un discours d’hommage aux élus avec quelques ouvertures sur les finances locales, mais sans grandes annonces sur le fond.

1 300 à 1 500 maires ont démissionné entre 2014 et 2018. Des chiffres surprenants mais qui traduisent l’exaspération des élus. Vice-présidente de l’AMF

  • le coup de sabre japonais qui décapite Carlos Ghosn. Les ministres de l’économie français et japonais Bruno le Maire et Hiroshige Seko ont réaffirmé leur soutien « à l’alliance formée entre Renault et Nissan et leur souhait partagé de maintenir cette coopération gagnante »

 

 

Commentaires

  1. les gilets jaunes
    CURIEUSEMENT ON Y VOIT PAS LES FONCTIONNAIRES !!!!!!
    qui eux ne sont pas concernés car la vie est belle pour eux

  2. « Face aux événements qui agitent notre pays, je voudrais réagir et peut être enfoncer des portes ouvertes…

    L’exaspération de nos concitoyens est bien compréhensible, les moyens pour l’exprimer est plus que discutable vus les débordements et drames que cela a provoqué, c’est inacceptable.

    Nous sommes, et étant retraité je suis concerné, « ponctionnés » de toutes parts à un niveau qui devient effectivement insupportable. l’Etat nous coûte trop cher cela ne peut plus durer.

    En ce sens, certains de nos concitoyens, certains média, groupes politiques et syndicats feraient bien d’avoir un discours cohérent plutôt que de monter les gens les uns contre les autres. En effet, si on veut moins de prélèvements, impôts et taxes, il faut accepter que l ‘Etat « réduise la voilure », dépense moins c’est à dire diminue les coûts de fonctionnement de nos administrations, délaisse des d’activités non essentielles et se concentre sur l’enseignement, la formation, la santé, la sécurité… Ces dépenses sont en grande partie liées aux coûts salariaux des administrations, cela signifie par exemple, qu’on le veuille ou non, réduire le nombre de fonctionnaires.

    Il faut être honnête et lucide on ne peux pas à la fois réduire les prélèvements et continuer à réclamer que l’Etat continue à s’occuper de tout sans réduire ses dépenses ! Il est impératif aussi de ne plus voter des budgets non équilibrés et de rembourser sérieusement notre dette, c’est une question de pure justice et honnêteté vis à vis des générations futures, nos enfants et petits enfants.

    Nous n’entendons pas ce discours et c’est très regrettable ! Qu’on arrête de prendre les français pour des demeurés nous sommes tout à fait capables de le comprendre. En grande majorité ils savent bien qu’on ne peut dépenser l’argent que l’on n’a pas et veillent à avoir leur propre budget équilibré.

    Plus de pédagogie de nos dirigeants et moins de démagogie de nos média et syndicats seraient bien utiles à notre pays ».

    Philippe (Pyrénées Atlantiques)

  3. J’ai bien aimé la réflexion de Victor Loupan sur la pornographie. Pour moi je pense que la pornographie est une façon de montrer les choses mais pour mieux en priver. On peut montrer du sexe : en veux-tu en voilà, mais concrètement, on n’a rien. Ça peut être aussi de montrer des richesses : mais sans en donner une miette.
    C’est un peu comme avec la chanson « J’ai du bon tabac dans ma tabatière, mais du bon tabac, tu n’en auras pas ». C’est peut-être une façon de faire passer le refus pour une fatalité de manière à dissuader de toute revendication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *