Le Débat de la Semaine

Podcasts

Émission du 22 mars 2019: Affaire Barbarin, le nouveau Préfet de Paris, colère en Italie

Radio Notre Dame  © Laurence de Terline

débat semaine

Stéphane Barsacq, écrivain. Publie Mystica (Éditions de Corlevour)

Henrik Lindell, journaliste à La Vie

Victor Loupan, journaliste, ancien reporter au Figaro magazine

 

 

 

 

  • Le feuilleton Barbarin avec nouveau rebondissement ou plutôt un retournement avec le refus du pape d’accepter la démission de l’archevêque de Lyon : entre le respect de la loi et la loi des media, le Pape François a choisi : ce sera le respect de la loi. Même si l’incompréhension s’installe chez les victimes et dans une partie de l’opinion.
  • Nouveau préfet de police à Paris, renfort des militaires de Sentinelle, manifestations interdites dans certains quartiers: la 19e journée de manifestations des « gilets jaunes » samedi aura valeur de test pour l’exécutif après les violences et saccages commis samedi à Paris.
  • La colère monte en Italie après le carnage évité de justesse dans un bus scolaire près de Milan, de nombreuses voix réclamant que le chauffeur ayant menacé les enfants soit déchu de la nationalité italienne.
  • Le feuilleton du Brexit : l’UE accorde au Royaume-Uni deux options pour un report du Brexit au-delà de la date initialement prévue du 29 mars, fixant désormais au 12 avril la date fatidique.

Commentaires

  1. Pour Monsieur Leclerc etc.: Le constat « Personne n’approuve la décision du Pape » est faux. Tous les média sans exception,RND comprise, ne donnent la parole qu’aux détracteurs de la religion catholique. Idem pour le matraquage quotidien du Cardinal Barbarin depuis trois ans.Les hommes et les femmes de bonne volonté n’ont pas la parole.

  2. Je suis étonnée de la réaction des intervenants au sujet de la décision du saint père. Avez vous pu l’intégralité du jugement de condamnation du cardinal barbarie?il semble que l’appel est nécessaire car cesr trop grave.il faut une jurisprudence établie par la haute juridiction.sinon attention pour la suite et les poursuites pour des actes que l on a pas commis mais que peut nous connaissions l’existence plu0s tard.doit on signaler des actes alors que la victime ne le fait pas?jusqu’où va ton dans ce cas?un an deux trois ans de prison puis?
    Bien cordialement Isabelle Rouyer

  3. Il existe en France une clientèle électorale qui veut des réformes libérales : c’est-à-dire une privatisation générale et la casse sociale. Cet électorat a voté pour Sarkozy et maintenant pour Macron. Son inquiétude depuis des années, c’était de trouver un président à poigne, un homme de courage, qui saurait ne pas reculer face aux inévitables mouvements de contestation que cela susciterait.
    Macron a été élu par cet électorat.
    Sa mission c’est d’aller au bout de sa mission et de faire preuve du « courage » attendu. Je me dis que les violences actuelles étaient parfaitement prévisibles depuis longtemps et c’est pour ne pas y tremper que l’ancien ministre de l’intérieur Gérard Coulomb a démissionné. La faiblesse de l’opposition populaire tient à sa division entre deux pôles égaux mais quand même opposés. Quant à la suite je l’ignore, mais je pense que Macron avec son très gros Quotient intellectuel est tout sauf un amateur et que sa stratégie dépasse de loin nos possibilités d’imagination.

  4. Correction du commentaire 22 mars à 7h59 :
    Au lieu de « Pour Monsieur Leclerc etc. » lire « Pour Monsieur Victor Loupan etc. etc. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *