Le Débat de la Semaine

Podcasts

Émission du 15 mars 2019: Brexit, le recours au travail de nuit, la condamnation du Cardinal Pell et la plainte contre l’Etat de quatre ONG.

Radio Notre Dame  Décembre 2012

Philippe Clanché, journaliste

Victor Loupan, journaliste, ancien reporter au Figaro magazine

Guy Baret, journaliste, auteur de Le Grand Malentendu (Editions du Moment)

Commentaires

  1. Bonjour, les propos de Victor Loupan concernant le Cardinal Pell dans sa lutte avec LGBT m’ont interpelés. J’ai donc essayé d’en savoir un peu plus. Je vous invite à regarder ce lien et lire les divers articles : http://benoit-et-moi.fr/2019/actualite/la-croix-du-cardinal-pell.html
    Un autre article intéressant est celui de l’entretien entre Laurent Dandrieu et Frédéric Martel (Sodoma) paru dans Valeurs Actuelles. La conclusion est claire et c’est bien ce que l’on pouvait penser. Après avoir mis son emprise sur la société par les évolutions sociétales de ces dernières années (pacs, mariage pour tous, bientôt PMA et GPA), leur ultime combat est au minimum de mettre au pas l’église et pour cela tous les moyens sont et seront bons. Si une réaction forte et unie du peuple catholique ne survient pas, ils auront bientôt gagné.
    Bien sûr, cela n’excuse en rien le comportement des prêtres ou prélats « pédophiles », les vrais, mais cette acharnement récent est quand même étrange et pose vraiment question.

  2. Victor Loupan nous a rappelé que dans les années soixante-dix les attouchement sur les enfants faisaient figure d’actes émancipateurs. Quelle évolution depuis ! Mais c’est vrai, que reste-t-il aujourd’hui de la France des années 70 ? Les barres d’immeubles HLM ont été démolies suite à l’inconditionnel permis de nuire accordé aux délinquants de tout poil. Ce n’est plus la mini-jupe mais la Burka qui défraye la chronique. Quant aux entreprises d’Etat, elles ont toutes été privatisées les unes après les autres. Le parti communiste a disparu au profit d’un immense parti libéral. La question n’est plus de réduire le temps de travail mais de l’allonger, de supprimer des jours de congé, de repousser l’âge de la retraite. Quant aux syndicats : il n’en reste que des squelettes.
    Qui l’aurait cru, que les choses se passeraient ainsi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *