Le Débat de la Semaine

Podcasts

Émission du 13 septembre 2019 : PMA pour toutes, quels moyens d’action pour l’Eglise / l’affaire Richard Ferrand / pourquoi le pape François a-t-il parlé du risque de « schisme » ?

Radio Notre Dame  © Laurence de Terline

Carol Saba, Antoine Assaf et Bernadette Sauvaget.

GD du 13 septembre 2019

Commentaires

  1. GPA, PMA :
    Imaginons que les donneurs soient des hommes âgés restés sans enfant. On voit tout de suite que l’on s’opposerait à une résistance.
    En fait la PMA et la GPA sont des pratiques sociales qui favorisent les hommes les mieux dotés pour leur permettre d’avoir une descendance à partir de plusieurs femmes. Toute l’assistance médicale consiste à faire que ça ne se voie pas.

    Pour les enfants, on pourrait dire ; la PMA c’est un papa qui a des enfants avec plusieurs femmes sans faire l’amour qu’avec une seule.

  2. Je trouve intéressant que les protestants – et dans ce cas Bernadette Sauvaget – soient les moins protestants face aux courants antichrétiens d’aujourd’hui.

  3. Bernadette pense que la loi est relative mais elle est contraignante donc elle impose la norme : quid de l’enfant dans tout ça ? rien puisque c’est un produit du pouvoir des déjà-là sur ceux qui ne sont pas encore là. Le meilleur des mondes à son avocat du progrès en toute bonne conscience médiatique…la GPA n’est pas loin puisqu’il s’agira du même processus…les chrétiens étant assez mal défendus et il n’y aura pas débat puisque la loi s’imposera ! c’est tragique et il faut refuser cette doxa hors sol.
    Où sont les grands penseurs du Chrétien ? pas dans le débat malheureusement…tragique et l’eugénisme est la règle de l’occident.

  4. Debat sur la PMA dans une radio chrétienne:
    Le nom de Dieu n’a pas été prononcé une seule fois. Ni celui du péché originel.
    L’Église se prosterne devant le relativisme si bien défendu par Bernadette.

  5. Si on n’est pas d’accord avec les idée progressistes défendues par Bernadette, nous avons peur. Donc nous ne sommes rien.
    Liberté d’expression: Cause toujours!
    La GPA existe, il faut donc une loi pour l’encadrer.
    Ensuite une autre personne viendra et nous dira que l’eugénisme existe, qu’il faut une loi pour l’encadrer.
    Sans parler de l’euthanasie qui est déjà quasiment légal.
    L’Église a capitulé devant tout cela.
    Même sur Radio Notre-Dame, on ne prononce plus le nom de Dieu dans ce débat.

  6. Bravo à ANTOINE Asaf pour avoir tenu tête et défendu l’Eglise contre la vipère; que fait-elle sur Radio Notre Dame à distiller sa propagande franc-maçonne?

  7. Par essence, la bioéthique doit garantir le respect de l’être humain. Le corps de l’homme n’a pas à être marchandé ou utilisé. L’enfant n’a pas à être privé de père. La société a besoin d’une véritable filiation. Je ne comprends pas ces femmes qui rejettent les hommes, puis qui veulent les utiliser à tout prix. J’ai trop de respect pour l’homme et je n’ai rien contre le patriarcat. Pourquoi croire incessamment que ce qui était vrai hier ne l’est plus aujourd’hui ? L’être humain n’est-il plus humain ? La famille traditionnelle devrait-elle être détruite ?!

  8. Curieux d’inviter une journaliste de Libération, journal, qui ne manque jamais de « casser » l’église catholique. Au ton aimable de ses propos, il aurait fallu peut-être lui opposer les propos affligeants de M. Touraine sur le droit d’un enfant à avoir un PÈRE. Très déçue par ce débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *