Le Grand Débat

Podcasts

13 avril 2018 : Au menu : le discours du président Emmanuel Macron au collège des Bernardins, les tensions autour de la Syrie

Radio Notre Dame  © Laurence de Terline

Patrice de Plunkett, (http://plunkett.hautetfort.com), journaliste

Victor Loupan, journaliste

Henrik Lindell, journaliste à l’hebdomadaire La Vie

Au menu : le discours du président Emmanuel Macron au collège des Bernardins, la lettre ouverte de la mère Vincent Lambert au président de la République et les tensions autour de la Syrie qui risquent de déboucher sur un conflit Etats-Unis/Russie

Le Grand Débat 3 (4)

 

Commentaires

  1. merci Patrice de nous rappeler la réalité du pouvoir actuel il y a des paroles mais l’essentiel se situe dans les actes qu’il faut observer avec la plus grande attention

  2. Il nous faut savoir reconnaitre ce qui s’appelle la séduction de la réalité des choses qu’il faut observer avec la plus grande attention

  3. Un interlocuteur place le souci des plus faibles au centre des préoccupations de l’église. Mais qu’est-ce qu’un plus faible, sinon quelqu’un qui est frappé par une insuffisance existentielle ? Il n’est pas intelligent, pas autant qu’il faudrait l’être, pas attirant, pas habile, décati par l’âge, etc.
    Mais à qui la faute si sur tant d’hommes, il en est tant d’affligés de tant d’insuffisances ? Ceux qui ne croient pas en Dieu imputent la responsabilité au hasard. Mais n’est-il pas normal de s’indigner contre l’idée d’un Dieu créateur quand on voit une création si mal faite et que même les hommes les plus intelligents ont si peu les moyens d’améliorer ?

    Par exemple, prenons mon cas, je souffre d’une tendinite depuis le mois d’octobre. Il est vrai que je fais du sport parce que trop malingre, je n’attire personne. Malheureusement le seul fruit de mes efforts c’est de me faire mal aux tendons, car en plus d’être trop malingre, je ne suis pas assez intelligent pour toujours faire les bons mouvements. Mais les médecins sont tout aussi incapables de me guérir que par exemple quand je suis enrhumé de me guérir mon rhume. Toute leur capacité se limite à m’inviter à attendre que les choses se fassent d’elles-mêmes.
    Qu’ensuite la société emboite le pas à la nature, et méprise ceux qui sont si mal fichus, faut-il s’en étonner ?
    Mais je laisse là ma petite chronique car je dois me rendre à la poste pour retirer mon colis de Peptan, cette poudre de peau de vaches qu’a conçue Nutrimuscle contre les tendinites et pour les articulations. Il est vrai que j’y suis allé hier, mais j’avais oublié ma carte d’identité. Merci là encore à mon intelligence. J’espère que je ne vais pas m’y retrouver dans la même situation, à attendre une demi-heure parce qu’il n’y aura que 2 agents pour 14 usagers.

  4. 13:15 Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah !!!

    Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes, disait Bossuet.
    Inouïe la tirade de V. Loupan !

  5. Habituellement, je suis très souvent en accord avec les positions de Victor Loupan, mais là alors pas du tout ! Quelle est l’importance d’un beau discours à côté de la réalité des faits ? Vraiment je suis surprise d’un tel enthousiasme tout à fait disproportionné et partage la prudence voire le scepticisme des 2 autres chroniqueurs. De plus ne jamais oublier que ce sont des plumes qui écrivent les discours. Bien sûr le texte est ensuite validé par le président. Cela veut juste dire que la ou les plumes macroniennes sont de très bonne qualité. Sans plus ! LOL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *