Le Débat de la Semaine

Podcasts

Émission du 12 avril 2019 : Benoît XVI donne son interprétation de la crise de l’Eglise / la possible extradition de Julian Assange / le Japon et l’affaire Ghosn

Radio Notre Dame  © Laurence de Terline

Samuel Lieven, directeur de la rédaction du Pèlerin

Jérôme Cordelier, rédacteur en chef au Point

Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie

 

L’odeur du complot. Avec Julian Assange. Arrêté à Londres, Julian Assange risque l’extradition aux Etats-Unis qui veulent le juger pour l’affaire Wikileaks. Est-il journaliste persécuté ou un activiste hostile à l’Amérique et que fera Donald Trump ?

« Je suis innocent », a clamé Carlos Ghosn dans une vidéo diffusée mardi et enregistrée avant son arrestation le 4 avril, accusant de nouveau des dirigeants de Nissan de « complot » et « trahison », mais sans que des noms soient livrés.

Après le grand débat, des « grands chantiers »: EdouardPhilippe a promis mardi devant l’Assemblée des réponses au « puissant besoin de transformation » exprimé et au « mur de défiance » séparant les Français de leurs élus. Sans convaincre les oppositions qui ont étrillé le gouvernement.

Les scandales de pédophilie du clergé s’expliquent par la révolution sexuelle des années 60, des idées théologiques nouvelles, ainsi que l’effondrement en Occident de la foi. C’est le pape émérite Benoît XVI qui l’affirme dans une analyse rendue publique jeudi.

La justice européenne va dans le sens de la GPA en consacrant mercredi, dans un cas français emblématique, le droit à la filiation entre « la mère d’intention » et les enfants nés à l’étranger d’une gestation pour autrui (GPA), tout en laissant aux Etats la liberté de choisir les moyens de cette reconnaissance.

Commentaires

  1. Ps
    Si vous comparez ce texte a la grande messe inaugurale de son pontificat à Munich dont le thème était  » wer glaubt ist nie allein « celui qui croit n est jamais seul « vous pourrez voir que ce texte est du pur Ratzinger qui ouvre son coeur a ces Bavarois avec qui il se sent compris . »mein Herz schlaegt bayerich » »mon coeur bat a l unisson de la Bavière « avait il dit ce même jour devant la Vierge de Munich .
    Ce texte n est pas celui d un vieillard déclinant mais d un homme particulièrement lucide à la fin de sa vie

  2. Enfin un texte qui parle de l’essentiel, c’est-à-dire de religion et non d’un problème de structure ou de constitution.
    Toutes les horreurs auxquelles on assiste et que l’on subit sont bien dues à une crise de la foi et à un effondrement intellectuel et religieux du christianisme et de l’Eglise catholique en particulier.
    Bien évidemment, les mêmes qui s’insurgent contre le complotisme vont dire que ce texte pose « problème » : un pape gâteux à qui l’on tient la main, un complot réac sans doute ?
    Ce texte est long, il mérite d’être lu au calme, hier dans une émission qui s’appelle, le ridicule ne tue plus, « on refait le monde », des journalistes habitués à commenter trois lignes de dépêches avaient une idée sur la question. Visiblement, ils n’avaient pas lu le texte et se contentaient de commentaires de commentaires.
    Que des journalistes dont le seul sport consiste à s’assoir sur une chaise d’un plateau de télévision à un autre et à blablater sur tout et rien en montrant fièrement leur inculture et leur bêtise, passe encore, mais que des cathos reprennent les mêmes arguments ; cela illustre la crise du christianisme et son effondrement.
    Un conseil, en complément du texte de Benoït XVI, relire Monsieur Ouine qui illustre l’effondrement et la mort du christianisme dans une paroisse morte.

  3. Les commentaires de vos invités de ce matin étaient indigents au plus haut point. C’est surprenant vu la qualité habituelle de votre émission.
    Je leur souhaite se trouver dans le même état intellectuel et spirituel quand ils auront 92 ans mais ils ont des progrès à faire d’ici là !

  4. Bonjour!

    Peut-être suis-je trop sensible, mais les propos de Jean-Pierre Denis blessent mon sens de logique: Il est hors de question qu’il y avait des cas d’abus sexuel dans l’église avant les années 68 (comme il y aura certainement de futurs – l’église étant composée d’hommes, y compris la part «statistique» de pédophiles).
    Mais cela ne contredit nullement ce qu’a écrit Benoît XVI.

    Il est plutôt très probable, que l’esprit de la «libération sexuelle» de l’époque ait fortement influencé et favorisé les faits.

    C’est d’ailleurs aussi ce qu’a remarqué Victor Loupan dans ce débat, il y a quelque temps (dommage, qu’il n’a pas participé au débat d’aujourd’hui, ses propos sont toujours intéressants et d’une clairevoyance extraordinaire).

    Voici ce qu’a dit Victor Loupan au sujet:

    «Je parle d’autant plus librement que je ne suis pas Catholique. Je suis sensible à la stigmatisation et à la manière de diriger le doigt accusateur et inquisiteur sur une pratique – ou bien sur des moeurs – qui sont des moeurs d’une époque. Evidemment, les églises, toutes les églises [en sont concernées]. Je l’ai déjà dit à ce micro qu’il y a eu aussi par le passé un évêque orthodoxe russe en France avec des histoires de pédophilie dans le Midi et je suis sur qu’il y en a dans l’église protestante aussi.
    On ne va donc pas commencer à dire que tout d’un coup l’église catholique a le monopole de la pédophilie! Le fait est que c’était effectivement entre les années 50, 60, 70, oui 80, qu’une sorte de relâchement de moeurs, de relativisme est arrivée. Je me souviens très bien que dans les années 70 on disait: „ Oui ! La sexualité des enfants: il faut que les enfants épanouissent leur sexualité ! “ On a oublié tout cela.
    Aujourd’hui, on regarde les choses d’un point de vu criminel et on oublie qu’à l’époque il y a eu toute une idéologie dominante qui disait que le sexe est forcément bien et que ça va dans le sense de l’Histoire. Vous savez qu’il y a eu ces fameuses travaux de Freud sur la sexualité des enfants de cinq ans etc. Les gens étaient à une époque complètement étourdi par le côté libératoire du sexe.
    Et les prêtres catholiques de la même époque, qui défroquaient en masse, qui quittaient l’église – qui n’étaient même pas reduit à l’état laïque mais qui se réduisaient eux-mêmes à l’état laïque parce-qu’il le préféraient – c’est dans ce contexte qu’il faut voir cette déviance absolument abominable qu’est la pédophilie, mais qui n’est pas le propre de l’église.» Je suis désolé, mais qui n’est pas le propre de l’égise catholique ! »

    [voir: Victor Loupan, «On a oublié tout ça!»; https://www.youtube.com/watch?v=tGREUaGL3hk ]

  5. J’ai été affligé d’entendre les trois débatteurs ( dont deux nouveaux, il est vrai…).
    Ce qu’écrit notre Pape émérite est l’évidence même. L’effondrement de la morale dans les années 50 à 80 ne peut être contesté par personne parmi ceux qui ont eu 20 ans à cette époque.
    Les errements de certains théologiens ne sont pas oubliés non plus.
    Il est clair que l’Esprit du Mal a saisi l’occasion de ce lâche relâchement pour s’attaquer aux clercs, car li n’ignore pas, lui, que le poisson pourrit par la tête.
    Le rebond, hors du nauséabond, ne peut venir que d’un sursaut spirituel. Les petites solutions des petits esprits positivistes, qui s’emparent de la difficulté pour revenir avec leurs arrières-pensées de campagne électorale, ne sont pas à la hauteur du témoignage de Benoît XVI.

  6. Conclure que les propos de Benoît XVI sur l’effondrement moral des années 50,60,70 et 80 sont abscons , c’est oublier toutes les littérature et culture audio-visuelle de ces années liées à la libération et au progressisme sexuels.

    Benoît XVI nous avait déjà commis un développement troublant comme celui du discours de Ratisbonne , et pourtant sa véracité s’en est trouvée renforcée alors qu’elle fut à l’origine mal perçue .

  7. Je suis régulièrement cette émission dont la qualité des intervenants est à souligner et trouve par ailleurs très sain de débattre de ce texte qui intervient dans l’actualité.

    Néanmoins voir apparaître en « une » sur la page d’accueil du site de Radio Notre Dame une photo du pape émérite accompagnée d’une « citation choc » extraite du débat (« La clé qu’il fournit est totalement absurde… elle n’ouvre pas la serrure ») m’a heurté dès lors qu’aucun lien vers le texte de Benoît XVI ne figure -sauf erreur- sur le site.

    J’ai pu lire sur internet une traduction (non officielle il est vrai) de l’intégralité du texte, à mon sens d’une grande profondeur. Il rappelle que sans une véritable Foi de chacun au sein de l’Eglise, et en dépit des mesures de sanction indispensables contre les auteurs de ces crimes, de tels agissements resteront possibles car le terreau qui les a permis sera encore là. Il serait illusoire de croire que des mesures concrètes ou de nouvelles structures suffiront à régler le problème de fond.

    Il serait bénéfique que ceux qui le souhaitent puissent prendre connaissance du document complet(au-delà des rapides extraits que l’on trouve dans la presse). Comme souvent, les citations ne rendent pas justice à Benoît XVI.

    Radio Notre Dame pourrait-elle donner un accès au texte intégral?

  8. Jean Pierre Denis n’est pas à sa première sortie révisionniste sur cette période . Je me souviens d’une émission où il avait nié les problèmes liturgiques des années 1970
    Merci aux autres auditeurs d’avoir réagi à cela et c’est effectivement triste d’entendre ces critiques non fondées
    Tout simplement parce que d’une part ce n’est pas le seul sujet de la lettre, et que d’autre part il est clair que l’homosexualité a été promue dans les séminaires à la faveur de l’époque , d’où tous les abus sur jeunes hommes qui ont suivi.

  9. Là où Jean Pierre Dénis se trompe aussi c’est de penser que la permissivité sexuelle ne touche pas les Maciel, Anatrella , et autres . Tout le monde vit dans son époque .
    Et dire que c’est éthéré c’est idiot car justement c’est complémentaire de ce que fait le pape François
    C’est cette complémentarité n’est pas comprise par ces journalistes

  10. bonjour,
    Je suis au regret de constater que le grand débat du 12/04 s’est avéré en réponse au texte de Benoit XVI un ramassis d’échanges sans consistance refusant d’apporter des réponses argumentées aux clefs de lecture exposées par le pape émérite Benoit XVI qui est très loin d’être le « veillard gâteux » que l’on aurait voulu ne jamais voir sortir de sa « maison de retraite » faute de pouvoir lui répondre sur le fond :
    l’hédonisme, l’idéologie progressiste qui ambitionne de faire sauter tous les tabous les uns après les autres, le relativisme érigé en table de la loi, la perte du sens de Dieu, l’impossibilité de fonder une morale dans un monde d’où Dieu est absent, la protestantisation de l’Eucharistie, la morale de situation, la formation dans les séminaires et la chute abyssale des vocations … etc
    Bref j’ai eu vraiment le sentiment de perdre mon temps en écoutant cette émission. Vivement le retour de Victor Loupan, Jean Sévilla, Henrik Lindel, Rebecca Pinheiro, Carol Saba et Bertrand Vergely !

  11. La nullité bavarde et prétentieuse du sieur Denis est confondante.
    Ah, vivement que Victor vienne nous donner son avis sur les propos de Ratzinger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *