Le Débat de la Semaine

Podcasts

Émission du 5 avril 2019 : Mgr Moulins-Beaufort nommé à la tête de la CEF / Le voyage du pape au Maroc

Radio Notre Dame  © Laurence de Terline

Philippe Clanché, journaliste

Jean Sévillia, journaliste, essayiste, historien. Publie les Vérités cachées de la guerre d’Algérie (Fayard)

Pascale Tournier, rédactrice en chef adjointe au service Actualités de l’hebdomadaire La Vie

grand débat 5 avril

  • Le voyage du pape au Maroc, samedi et dimanche dernier : soutien au pacte de Marrakech, injonction en faveur de l’accueil des migrants. Un sujet qui divise
  • 25 ans du génocide rwandais : la France est-elle complice de cette tragédie ?
  • La campagne européenne lancée jeudi soir sur France 2 : 12 têtes de liste et une certaine cacophonie sur le plateau.
  • Mgr Moulins-Beaufort nommé à la tête de la CEF, pour répondre à la crise des abus sexuels.

Commentaires

  1. Le pape François est dans son rôle lorsqu’il s’agit de demander de respecter la dignité des personnes immigrées mais pas d’encourager le départ des forces vives d’un pays. « Comme un arbre. Chacun a son sol, son milieu (…) il faut mieux aider les gens à s’épanouir dans leur culture que de les encourager à venir dans une Europe en pleine décadence. Cest une fausse exégèse que d’utiliser la Parole de Dieu pour valoriser la migration. Dieu n’a jamais voulu ces déchirements » Cardinal Robert SARAH
    Le Pape semble méconnaître les fondements originels de l’Europe à la tradition millénaire. Elle ne s’est pas construite comme le continent américain.

  2. D’accord avec Jean SEVILLA, la personnalité de BELLAMY dépasse le simplisme partisan pour donner de l’épaisseur aux idées.
    Cela ne peut que tirer le débat vers le haut. Encore faut-il ne pas tomber dans la caricature.
    On a tout de même l’impression que certaines candidatures arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe, sans doutes soutenues dans l’ombre par la majorité présidentielle, dans un but de dynamiter une opposition qui pourrait être significative. C’est compréhensible mais peu élégant. Les électeurs devront redoubler de vigilance pour arbitrer le choix qui leur semble raisonnable et pertinent.

  3. Mais je ne comprends pas une chose. On nous dit qu’il faut accueillir les Africains. Mais s’ils n’ont pas assez de place en Afrique, comment pourrait-il y en avoir assez en France qui est quand même d’une taille bien plus minuscule que l’Afrique ? Et puis est-ce qu’on n’est pas assez serrés comme cela ? Faut-il en rajouter une couche dans la densification des villes ou dans la bétonisation des campagnes ? Si l’Afrique est le symbole de la terre et l’Europe celui du Paradis, que n’allons-nous plutôt lui proposer de construire là-bas des régions françaises pour l’accueil de ceux qui le souhaitent ?

  4. Il y a un peu plus de 2 ans (12 Janvier 2017) étaient invités, sur le plateau de RND, les deux journalistes Erwan le Morhedec et Laurent Dandrieu pour un débat exceptionnel sur les migrations. A cette occasion, j’avais posté un commentaire que je réitère. Les migrants d’Afrique ou d’ailleurs ne fuient pas leur pays sans raison et ces raisons ont leur origine dans les mains de ceux qui refusent de les accueillir. Ces raisons c’est la pauvreté, la guerre, la dictature, les catastrophes dues aux changements climatiques. Qui a fait l’esclavage ? Qui continue d’exploiter les ressources des pays pauvres sans payer le moindre impôt ? Qui soutient les dictateurs en Afrique ? Qui bombarde pour contrôler les réserves de pétrole en Irak, en Lybie, en Syrie ? Que disent les Français à leurs dirigeants qui tiennent l’Afrique francophone enchaînée sous le régime du Franc CFA ? Qui s’aligne derrière les Etats-Unis pour faire main-basse sur le pétrole Vénézuélien ? C’est assez triste que les journalistes invités ici, avec tout le respect que je leur dois, fassent semblant (j’en suis convaincu) de ne pas savoir les causes réelles de ces migrations. Et je trouve même à la limite scandaleux que l’on ose dire sur une radio chrétienne « La colonisation ne me dérange pas » (parole de Jean Sevilla). Tant que le phénomène ne sera pas traité à la racine, les Européens n’auront pas d’autre choix que de « faire de la place ». A bon entendeur …

  5. Cher @Joseph Kamtchum Tatuene

    L’immigration ne serait pas un problème majeur s’il ne s’agissait pas d’une immigration islamique (encore massive). C’est l’incompatibilité de l’islam avec les valeurs européennes (et très souvent le rejet de celles-ci) qui pose un problème. Nous faisons face à l’implantation d’une culture étrangère qui ne respecte pas la nôtre et dont a le but stratégique (inhérent à sa religion!) est une conquête.

    De fait il s’agit d’une nouvelle forme de colonisation. Car, comme le dit à juste titre la Déclaration de Paris [ https://thetrueeurope.eu/une-europe-en-laquelle-nous-pouvons-croire/ ]: «Immigration sans assimilation est colonisation.»

  6. Chers amis

    Le Pape est peut-être un peu naïf à ce qui concerne les aspects culturels de la migration. Il est intéressant de rappeler ce que Victor Loupan a dit dans le débat de la semaine du 21.12.2018 [vers la fin du débat]:

    «Pour parler des migrations: Acceuillir l’étranger et la migration, c’est pas la même chose. L’étranger c’est le Christ. Les migrations c’est autre chose. Quand on voit l’histoire des migrations: Nos ancêtres les barbares – nos ancêtres à tous – quand ils sont venu de la steppe, c’est pour conquérir l’Empire romain. Quand nous autres Européens sont venus en Amérique du Sud et en Amérique du Nord, c’est pour conquérir Amérique du Sud et Amérique du Nord. Quand les Turcomans sont arrivés à Byzance, c’est pour prendre le contrôle de Byzance. Je veux dire, les migrations ont toujours eu dans l’histoire de l’humanité un projet de conquête. Il n’y a pas d’exception. Il n’y en a pas!

    Et en plus, dans la Bible, dans l’Ancien Testament, est écrit: Un étranger peut vivre en Israël, à condition d’accepter la lois et les coutumes du pays. – Première chose.

    Saint Paul a dit, celui qui ne travaille pas ne mange pas non plus. Ça vous dit quelque chose? C’est St. Paul! Or, il n’y a pas de boulot. Il n’y a pas de boulot!

    On nous cite très souvent l’Evangile de Matthieu qui dit: ‘Vous savez, quand j’ai eu faim vous m’avez donné à manger. Quand j’ai eu soif vous m’avez donné à boire,’ etc. etc. Ça, c’est très beau tout ça! Or, il y a tout un passage avant qui nous dit qu’il faut séparer les chèvres et les brébis: les brébis à droite, les chêvres à gauche… Qu’est-ce qu’il faut en conclure: Il faut ouvrir la porte au Seigneur, mais il faut fermer la porte au démon.

    Quand nous parlons de l’immigration – moi, je suis immigré moi-même et Rebecca est immigrée aussi, j’étais refugé politique, apatride, on m’a acceuilli, on m’a nourri, c’est vrai – mais ce qui manque dans cette réflexion sur la migration, c’est le fait qu’il manque un adjectif: C’est une immigraton musulmane.

    Est-ce que nous sommes prêts dans le temps à devenir comme les chrétiens d’Orient?» [Fin de citation]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *