L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

30 janvier 2018 : Une angoisse identitaire ?

L'éditorial

 Est-il vrai que la question de l’identité travaille beaucoup les catholiques, en ce moment ? Plusieurs ouvrages viennent de paraître à ce sujet. Je note l’essai de Jérôme Fourquet, par ailleurs directeur du département Opinion de l’Ifop : À la droite de Dieu, le réveil identitaire des catholiques. N’ayant pas lu le livre, je ne retiens que l’idée du titre et je m’interroge. D’abord personnellement, et je suis obligé de faire un aveu. Je n’éprouve quant à moi aucune angoisse identitaire. Dieu merci, je n’ai pas besoin de tranquillisants. Je vis plutôt paisiblement avec mes convictions, sans remue-méninges particulier. Et si je regarde autour de moi, du moins du côté des catholiques que je fréquente – car je ne fréquente pas, loin de là, que des catholiques – je n’ai pas le sentiment d’un trouble profond.

On invoque certes la situation difficile de gens qui se considèrent désormais comme minoritaires dans la société. C’est une réalité dont il faudrait exactement analyser la nature. Être minoritaire, cela ne signifie pas nécessairement vivre comme des émigrés de l’intérieur. Ce n’est pas ce que j’observe, bien au contraire. J’ai plutôt l’impression que les catholiques de conviction sont à l’aise dans la vie sociale, qu’il sont plutôt équilibrés et que leur entourage est plutôt content de leur présence et même de leur rayonnement quand il se manifeste.

Oui, me dira-t-on, mais il y a les grandes questions dites sociétales qui bouleversent les mœurs. Et vos catholiques se trouvent là non seulement minoritaires mais en décalage total avec le consensus général et l’évolution des mentalités. C’est vrai, incontestablement. Mais cela doit-il être vécu comme une faiblesse ? Être en résistance, cela peut vous donner au contraire une certaine force intérieure, d’autant qu’il s’agit très souvent de se déterminer après avoir creusé les sujets controversés, alors que la masse est tentée de suivre le courant sans plus.

Mais, insistera-t-on, il y d’autres menaces qui agitent l’opinion : celle de l’islam, par exemple, et celle des migrants. Là encore, je me méfie des idées toutes faites. Il me semble que les chrétiens sont plus à même de comprendre les musulmans que les incroyants, parce qu’ils sont intimement marqués par le phénomène religieux et souvent mieux équipés intellectuellement pour en comprendre les données. On me dira que je suis bien optimiste. Oui, et je l’assume, jusqu’à preuve que j’ai foncièrement tort.

Commentaires

  1. Merci Monsieur pour vos éditoriaux brillants (dans le bon sens du terme…)
    Je les guette chaque jour et je cautionne largement plus de 90 % de ce vous exprimez.

    Aujourd’hui, je viens vous remercier pour votre message. Je suis aussi une catholique bien dans sa « peau de catholique ». Je fais absolument miens tous vos propos, et je connais bien des personnes qui peuvent le dire aussi, qui sont également loin de vivre entre catholiques…. loin, TRÈS loin !
    Et un catholique qui s’assume bien dans sa religion, en est heureux, l’est bien dans sa vie qui du coup, sans le vouloir, rayonne. Pour preuve : combien d’entre nous remarquent que nous attirons plus particulièrement les personnes parmi nos proches (collègues, voisins…..) qui ont besoin d’une oreille- plutôt d’un coeur écoutant…
    Quel bonheur de pouvoir aider son prochain sans pour autant faire du prosélytisme… (cliché très loin de la réalité qui nous est collé malheureusement … mais c’est parce qu’ils ne nous connaissent pas). Au contraire, combien de fois dans la conversation, le nom de Dieu ou Jésus… n’est pas prononcé ! Mon but, comme celui de la plupart, je pense, est de répondre à l’attente de la personne qui vient à nous… après, si cela est opportun, rien ne nous empêche de parler de notre foi…

    En vous remerciant encore, Monsieur Gérard Leclerc, je vous assure de ma prière
    Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *