L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

Émission du 29 octobre 2018 : Le Tchèque qui rachète la presse française

L'éditorial

Il fallait bien que des journalistes s’y intéressent puisque c’est leur avenir qui est en jeu. C’est Libération qui s’y est collé. Ça reste un de ses bons côtés, l’investigation, y compris lorsque ça fait mal. Qui est cet homme qui est en train de faire main basse sur la presse française. Il a déjà racheté Marianne et Elle. Surtout, il vient d’acquérir 49 % des parts de Matthieu Pigasse au Monde qui demeure malgré tout un des journaux de référence de notre pays. De quoi en tout cas inquiéter quelque peu le gouvernement français. Il s’appelle Daniel Kretinsky, il est de nationalité tchèque, âgé de 43 ans, il a fait sa fortune en construisant un petit empire de centrale à charbon et de mines de lignite, un secteur d’activité ultra-polluant. Il a développé sa puissance en contrôlant l’oléoduc qui depuis l’Ukraine achemine le gaz russe vers l’Europe de l’Ouest.

Mais pourquoi donc Daniel Kretinsky s’intéresse-t-il à la presse française et surtout au Monde dont il semble viser l’entier contrôle ? Question d’influence répond Libé. Quand vous êtes dans l’énergie ce n’est pas idiot d’acheter de l’influence car vous devez négocier en permanence avec les pouvoirs publics. Pour avoir ses entrées à Paris et sans doute à Bruxelles, s’établir en force dans les médias c’est de bonne politique. On comprend que l’inquiétude ait gagné la rédaction du Monde surprise de se voir ainsi à la merci du magnat tchèque. Elle s’est illico mobilisée pour obtenir un droit de veto sur tout changement de contrôle du journal. Si l’on prend la peine de mettre en perspective le destin de la presse française et singulièrement du Monde, on est pris d’un certain vertige.

Mon ami le père Bernard bro, qui vient de nous quitter m’a souvent parlé de ses relations amicales avec Hubert Beuve-Méry, le fondateur du Monde avec lequel il déjeunait chaque semaine en compagnie de Georges Hourdin directeur de La VieLa Vie qui appartient au groupe du Monde et qui est aussi visé par Kretinsky. Beuve doit s’en retourner dans sa tombe. Où est la liberté totale du journal parfaitement autonome d’avant-hier. L’histoire s’avance en prenant de drôles de chemins.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *