L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

Émission du 24 octobre 2018 : Violence à l’école

L'éditorial

Fallait-il, hier, parler programmes scolaires, alors que l’heure était à l’indignation unanime après la scène insupportable de ce faux pistolet braqué sur la tête d’une enseignante ? Il est vrai que si cet incident correspond à la situation générale des établissements scolaires, il y a un problème de sécurité à traiter en priorité. Il semble bien que l’affaire soit à prendre très au sérieux, rien qu’à observer les remontées actuelles de la part du corps enseignant. Si le nombre de violences physiques semble limité (ce qui reste à démontrer), on parle néanmoins d’un sentiment général d’abandon. À l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation a été en proie à une véritable bronca de la part de députés très en colère, en dépit de la bonne opinion qu’on a de lui.

Ne s’agit-il pas d’un problème général de société ? Une professeur témoigne ainsi pour Le Figaro : « Les incivilités qui nous touchent sont les mêmes qui visent pompiers ou policiers, fonctionnaires divers et variés, tous détenteurs supposé d’une “autorité” de la République qui n’est plus reconnue par certains. » Mais alors que faire ? « La fin des incivilités ne passera sûrement pas par des portiques ou par l’interdiction de téléphones portables. Nous n’en avons pas besoin. Nous avons simplement besoin de soutien. Le soutien des parents, des citoyens, des journalistes et des politiques. Juste pour faire notre travail, offrir un enseignement à tous les enfants. »

Donner un enseignement, c’est le but unique, essentiel de l’école, qui n’a pas à s’épuiser en mesures de discipline. Encore faut-il que l’on soit persuadé, de la base au sommet, de cette primauté exclusive. L’Éducation nationale a un rôle immense à remplir, bien défini par Olivier Rey dans son dernier livre : « Revitaliser les facultés spirituelles qui ne subsistent qu’à l’état de résidus. Les racines du ciel sont en aussi mauvais état que les racines terrestres. » [1] J’ajouterai que ce qui est vrai de l’école l’est aussi de l’Église. Je crains qu’une certaine névrose actuelle ne l’empêche de remplir sa mission, qui n’a jamais été aussi urgente. Gare aux racines spirituelles !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *