L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

23 septembre 2020 : Créolisation ?

L'éditorial

Jean-Luc Mélenchon vient de lancer un nouveau terme dans le débat public.
© Cancillería del Ecuador / CC by-sa

Jean-Luc Mélenchon, qui ne manque ni de talent ni de force rhétorique, vient de proposer une nouvelle thématique dans le débat politique actuel. Serait-ce pour contrer l’offensive du pouvoir à l’encontre du séparatisme islamiste ? Il se lance dans une louange exaltée de « la créolisation de la société ». Créolisation qui serait déjà une réalité, un fait nouveau, dont il ne faudrait surtout pas avoir peur : « On avance, on bouge, on respire, on vit » assène le leader des Insoumis. Ce faisant, il repousse implicitement les reproches qui lui sont faits d’avoir plus que de l’indulgence pour les périls sécessionnistes, que même François Hollande a dénoncés. Prompt à vilipender ce qu’il appelle l’islamophobie, il entend ouvrir un nouvel espace idéologique. En un mot, il s’oppose à la rétractation sur une identité qui serait figée, pour proposer un autre mode du lien social.

D’où cette emploi du terme de créolisation, dont on devine qu’il signifie un dépassement de la France d’hier pour une ouverture à une autre France. D’ailleurs la France, dit-il, n’est pas une nation « ethnique », ce qu’on peut lui accorder aisément, non sans s’interroger sur ce qu’elle est alors. D’autres concepts peuvent être proposés. Notre pays n’est-il pas une communauté historique, qui s’est forgée au cours des temps pour aboutir à une forme originale d’existence collective ? N’est-elle pas aussi une civilisation avec tout ce que le mot connote de patrimoine intellectuel et spirituel ? Certes, tout cela évolue, bouge, s’enrichit. Du moins peut-on l’espérer.

Faut-il envisager une autre étape, celle de la créolisation. Les premières recherches que j’ai esquissées pour mieux cerner le concept m’ont amené à rentrer dans une complexité dont je doute qu’elle rende vraiment opératoire la proposition de Jean-Luc Mélenchon. Mais il faudra approfondir ce concept dans l’intérêt du débat à venir.

Commentaires

  1. Monsieur Leclerc
    J’apprécie votre édito mais je suis surpris d’y noter, de votre part surtout, une grave faute de français. En effet vous écrivez : « D’où cette emploi du terme de créolisation ». Emploi est du genre masculin…
    Sur le fond vos questionnements laissent entendre qu’il y a un problème sur le concept de « créolisation », ce qui est légitime et je m’interroge moi-même (militant de LFI), mais en rester aux questions laisse planer un doute… Il aurait pu être utile d’interroger l’auteur et éventuellement des contradicteurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *