L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

Émission du 21 novembre 2018 : protection de l’enfance

L'éditorial

La Croix, hier, était le seul quotidien à consacrer sa une à la journée internationale des droits de l’enfant. Elle s’associait à France 2 et France Inter pour briser le silence sur les violences sexuelles faites aux enfants. N’est-ce pas l’occasion de prendre conscience de l’ampleur d’un phénomène, qui dépasse de très loin le dossier des abus sexuels dans l’Église ? L’attention exclusive des médias sur celui-ci a tout de même le désavantage de mettre en accusation une institution qui semble concentrer en elle-même le fléau de l’atteinte à l’enfance, alors que ce n’est pas du tout le cas. Le phénomène présente des proportions considérables, puisque le nombre des victimes au total serait de plusieurs millions. J’ai devant moi des statistiques que j’ai scrupule à livrer parce qu’elles dépassent l’imagination, notamment en ce qui concerne l’inceste. Je ne retiendrai que le chiffre annuel de 155 000 enfants victimes de viols ou de tentatives de viols.

On s’étonne donc que les médias ne se consacrent jamais à une étude approfondie et globale de ce qui est vraiment un fléau social terrible. Pourtant, les personnes compétentes à interroger sont légion, notamment les assistantes sociales qui connaissent beaucoup de secrets des intimités familiales. Il m’est arrivé de mentionner le cas d’un de mes amis psychiatres, expert auprès des tribunaux dans ce domaine et qui passe son temps à recevoir dans son bureau prédateurs et victimes. Pourquoi n’est jamais évoquée cette énigme que constitue la brusque révélation des crimes de pédophilie dont on ne parlait que très peu autrefois ? Pourquoi la psychiatrie et la psychanalyse ont-ils accompli, de ce point de vue, une véritable révolution épistémologique dans les années 80-90 ?

Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la Santé, vient de nommer un haut commissaire chargé de la protection de l’enfance. Heureuse initiative sans doute, mais on s’interroge sur l’efficacité de ce commissaire qui semble en charge de tous les problèmes à la fois, alors qu’il faudrait les distinguer et que l’administration chargée de l’aide à l’enfance souffre de nombreuses critiques.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *