L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

Émission du 19 février 2018

L'éditorial

Commentaires

  1. Bonjour,
    Il me parait bien naïf d’espérer que l’histoire soit — ou devienne — un champ d’études, d’investigations et surtout de publications objectif ou « scientifique ». Il est facile et banal d’observer que l’histoire est, depuis l’antiquité, écrite par les vainqueurs. On peut remarquer qu’on ne trouve guère d’écrits importants autre que le fameux « de bello gallico » de J. César sur les conflits avec les gaulois, Plus près de nous, les récits officiels de la période révolutionnaire commençant en 1789, ont été « monopolisés » par les révolutionnaires, s’appuyant en majorité sur les écrits de Michelet et sur les « travaux » des équipes universitaires autour de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française (IHRF) et de la chaire d’histoire de la révolution française, entièrement contrôlés par les marxistes admirateurs de Robespierre. Il n’est, d’ailleurs, qu’à consulter l’article de wikipedia sur l’IHRF ! Il en est, évidemment, de même — voire pire, vu la proximité des événements — sur l’histoire plus récente ! On a pu voir, tout récemment, Gallimard reculer, sous les pressions de minorités agissantes, devant la réédition de pamphlets de L-F Céline qui font désormais partie de l’histoire littéraire de notre pays, le refus, par le (la) maire de Paris du transfert des cendres de Michel Déon dans un cimetère parisien, et, maintenant le refus de commémorer Charles Maurras ! Il ne me parait, malheureusement, pas que Pierre Nora soit suffisamment indépendant du conformisme ambiant pour faire « bouger » quelque chose. On voit, de temps à autre, des personnes de haut niveau confrontées à ce conformisme politique (appelé par un affreux anglicisme, le « politiquement correct ») élever la voix un court instant pour dénoncer celà et retomber dans leur mutisme comme le mathématicien Laurent Schwartz, à propos de l’Education Nationale en 1981 (http://michel.delord.free.fr/schwartz81.pdf) , ou plus récemment l’ancien C.E.M.A. général de Villiers, mais tout celà est vite enterré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *