L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

Émission du 17 septembre 2019 : Nouveauté de l’Évangile

L'éditorial

Notre confrère La Croix titrait hier à la une : « Bioéthique : l’Église veut se faire entendre. » De fait, la Conférence des évêques de France organisait hier soir, au Collège des Bernardins, une rencontre au cours de laquelle elle entendait s’expliquer à propos du projet de loi sur la bioéthique en discussion à l’Assemblée nationale. Oui, l’Église catholique s’estime en droit de s’exprimer sur un tel sujet. Le pape Paul VI ne l’avait-il pas définie comme « experte en humanité » ? Il est vrai que dans la situation actuelle, cette qualification mérite d’être explicitée, car elle implique un mouvement. Mouvement qui part d’une réflexion et d’une méditation intérieure et s’adresse non seulement aux fidèles mais aussi à tous ceux qui acceptent de rentrer en dialogue avec elle. Et cela ne va pas sans conséquences, car il s’agit de se faire comprendre à ceux qui ne partagent pas les mêmes convictions.

L’Église est en chemin, elle a parcouru déjà bien des étapes et elle se doit d’affronter des défis toujours inédits. À ce propos, dans un ouvrage précieux qu’il vient de publier [1], le nouveau président la Conférence épiscopale, l’archevêque de Reims Mgr de Moulins-Beaufort nous plonge en plein cœur de ce mouvement. Il ne s’agit pas, explique-t-il de considérer notre temps comme celui qui se caractériserait par un rejet croissant des sources chrétiennes. Car, s’il est vrai qu’il y a perte de la substance chrétienne, il y a également la perspective d’une confrontation hic et nunc de l’humanité avec la révélation du Christ en des termes qui peuvent nous faire croître et mieux comprendre l’appel qui jaillit maintenant. Je cite Mgr de Moulins-Beaufort : « L’histoire humaine est bien plutôt le lieu de la rencontre entre le mouvement des hommes qui se projettent dans l’avenir, qui se construisent, s’édifient, cherchent à accroître leur domaine d’action, et la Parole que Dieu leur adresse, tout à la fois depuis la profondeur de leur être et depuis le fait du Christ prenant forme dans la vie de ses disciples. »

Ainsi la prise de parole de l’Église nous apparaît dans sa fraîcheur vive. C’est bien aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui qu’elle s’adresse en termes directs, sans doute inspirés par une extraordinaire mémoire mais actualisés dans le feu des exigences les plus contemporaines. La question de la procréation médicalement assistée dans ce contexte est l’occasion d’une interpellation d’où surgit la perpétuelle nouveauté de l’Évangile.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *