L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

16 février 2017 : Retour à la culture française

L'éditorial

Faut-il revenir à la question de la culture française, dont un des candidats à la présidence de la République a prétendu qu’elle n’existait pas ? Pourquoi pas ? Le sujet n’est pas médiocre, et même s’il y a lieu de s’intéresser aussi à des dossiers qui semblent peser plus lourd, celui-là est quand même essentiel, car il concerne la vie de l’esprit et ce qui nous permet de nous mieux reconnaître ensemble. J’ai déjà abordé le sujet, mais j’y reviens suite à une mise au point d’un de nos anciens ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon sur le site Figarovox. Tout part, il est vrai, d’une distinction plutôt subtile. Peut-on opposer la notion de culture française à celle de culture en France ? C’est cette opposition qu’avait faite à Lyon Emmanuel Macron, que Jean-Jacques Aillagon reprend à son compte en y apportant son explication.

« Ce qu’on appelle, par justification commode, la culture française est en fait constituée depuis plusieurs siècles par la convergence, la rencontre, le métissage d’influences culturelles venues de partout. » Cette argumentation ne me convainc pas du tout, même si on peut accorder que la vie de l’esprit suppose l’incessant échange des influences. À vouloir disséminer à l’excès la culture, celle-ci devient proprement inintelligible, elle est ramenée au local infime et à l’inverse, au multiple insaisissable. Alors, il faut nier l’existence d’unités repérables, ne serait-ce que celles que caractérisent les langues nationales. Plus de culture française, allemande, anglaise, espagnole, russe… ? C’est quand même un sacré paradoxe.

On comprend le souci de Macron ou d’Aillagon d’éviter une sorte de fixation étroite ou rigide, mais il ne s’agit pas de cela. Il s’agit de reconnaître la visibilité des traditions qui sont d’évidence des traditions vivantes, ouvertes à l’échange. Des traditions reconnaissables aussi par des traits qui les définissent, car la multiplicité des influences n’empêche pas la prédominance de caractères forts qui se reconnaissent aussi par leur rayonnement et leur fécondité. Le dialogue des cultures ne gagnera sûrement pas à leur indistinction et à leur effacement dans le brouillard d’une multiplicité sans fin.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *