L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

Émission du 13 mars 2019 : Ni Thénardier, ni Savonarole

L'éditorial

 

Dans une période aussi bousculée pour les catholiques, il est bien difficile de raison garder. Les procureurs sont légion, et si j’étais polémiste à la manière d’un Léon Bloy je pourrais parler aussi de nouveaux Thénardier, ces personnages peu ragoutants inventé par Victor Hugo dans Les Misérables. Pardon, c’est plutôt violent puisqu’il s’agit d’une sorte de détrousseurs de cadavre qui profite du désastre pour faire leurs petites affaires. Bien sûr, il y a aussi les prédicants à la Savonarole qui vous livrent leurs projets mirifiques de réforme, que leur cerveau a conçu génialement de A à Z. Je doute personnellement, que toute cette cohue nous aide à faire la lumière dans nos ténèbres.

Bien sûr, il y a lieu de faire œuvre de discernement et de purification. Mais attention, l’Église n’est pas n’importe quelle institution, et s’il y a lieu parfois de la réforme sérieusement, ce n’est pas avec n’importe quelle recette, inspirée par on ne sait quelle idéologie. Le concile Vatican II s’est principalement consacré à la mise en valeur du mystère de l’Église, car ce n’est pas nous qui la fabriquons, elle nous est donnée par pure grâce divine. Et nous n’avons pas à la réinventer selon nos caprices et nos pulsions ou encore nos idées géniales. De ce point de vue, on a tout intérêt à lire ou relire les théologiens sérieux, tel le père de Lubac dans sa magnifique Méditation sur l’Église.

On ne réforme pas l’Église à coup de plans mirifiques. Car, comme l’écrivait de Lubac, pour qu’un véritable esprit de réforme s’affirme, on doit être attentif « à ne pas le laisser contaminer par le souffle d’un tout autre esprit que celui qui est à son principe ». Et de dénoncer ce qui risque de se passer : « Ce qui aurait pu provoquer un sursaut n’a plus que pour effet que de paralyser… Par ce mouvement pharisaïque, sorte de sécession intérieure, encore inavouée mais néanmoins pernicieuse, on s’engage déjà sur une voie qui peut conduire au reniement. » C’est pourquoi dans le traumatisme actuel, je privilégierais le message que vient de publier le Conseil permanent de l’épiscopat français : « Nous aurons besoin de chacun pour rendre notre Église plus sainte dans la vie de tous ses membres et dans sa manière de vivre. » C’est notre programme de carême dans la montée de Pâques.

Commentaires

  1. Les savonaroles faisaient florès ce matin sur CNews. Certains, se prétendant cathos, parlaient même de schisme en vue. Ne pratiquons pas la politique de l’autruche comme nous avions trop tendance à le faire dans le passé, mais redoublons nos appels à l’Esprit Saint et à la prière pour notre Eglise et son premier serviteur François. Comme le disait récemment ce dernier, Satan redouble ses attaques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *