L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

13 janvier 2021 : Une laïcité qui négocie

L'éditorial

© P Deliss / Godong

Trois mois après l’odieux assassinat de l’enseignant Samuel Paty, la question de l’emprise islamiste sur l’institution scolaire reste posée. Une enquête réalisée par l’Ifop, à la demande de la fondation Jean Jaurès, est à nouveau l’occasion d’une prise de conscience alarmante, renforcée par de multiples témoignages. Quatre professeurs sur cinq assurent avoir été confrontés, au cours de leur carrière à des revendications définies pudiquement comme religieuses. Autant dire que nous sommes confrontés à un défi de civilisation, que l’invocation rituelle à la laïcité est bien en peine de résoudre. J’avoue d’ailleurs chercher, à la lecture de mes confrères, ce qu’il faut entendre par ce mot fétiche, et je suis plutôt dans l’embarras.

Ce n’est pas que j’estime inopérante cette notion de laïcité, qu’au minimum il faut définir comme distinction du spirituel et du temporel, mais la distinction ne signifie pas l’ignorance mutuelle. La loi de 1905, elle aussi constamment invoquée, part de la distinction et même de la séparation, mais c’est pour établir les conditions pratiques de l’exercice du culte. C’est donc qu’il n’y a pas ignorance mutuelle, mais au contraire confrontation et négociation. Cette négociation, en dépit du climat belliqueux qui existait aux origines de la IIIe République, se faisait en terrain connu, le christianisme étant substantiellement présent dans notre civilisation. Avec l’islam, c’est tout autre chose, c’est beaucoup plus compliqué.

C’est aussi plus dangereux en raison de la menace islamiste. Mais indépendamment de cela, pour négocier il faut savoir exactement à qui on à affaire. Ce qui suppose au minimum une connaissance théologique du partenaire. Lorsqu’on reproche aux jeunes musulmans de mettre leur religion au-dessus des lois de la République, encore faudrait-il savoir ce qu’est cette religion. Vaste problème.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *