• Actualité
Du lundi au Vendredi à 6h03 - 7h04 - 8h24 et 12h56 1068 podcasts

Émission du 9 avril 2019 : L’avenir de la paroisse

09.04.19
Voir +

Réécouter l'émission

Émission du 9 avril 2019 : L’avenir de la paroisse

Le point de vue 06h03

Après délibération intérieure, je choisis mon sujet. Celui qui devait s’imposer, je l’écarte, au moins provisoirement. Je n’ai pas d’avis définitif sur les conclusions du grand débat national. On parle d’ailleurs de casse-tête à propos de ce qu’a d’insupportable la pression fiscale d’une part, et d’autre part l’exigence d’amélioration des services publics qui coûtent forcément cher à l’État. Je préfère m’intéresser à un autre casse-tête qui occupe beaucoup les catholiques et même les chrétiens dans leur ensemble à propos de l’avenir de l’évangélisation. D’une part, il y a inflation de propos pessimistes, de l’autre assurance que l’Église en a vu d’autres et que rien ne saurait suppléer à l’espérance du Salut, incarnée en Christ. Il me semble que le pape François est du côté des porteurs d’espérance.

Mais même si, avec Péguy, on considère que la petite fille espérance est immortelle et qu’elle traversera tous les temps, que la foi et la charité ne marchent que par elle et à cause d’elle, on est bien obligé de s’interroger sur ce que ce même Péguy appelait avec tendresse nos paroisses. Une conférence s’est tenue à Paris ce week-end sur ce sujet précis de la paroisse, sous l’impulsion d’un prêtre canadien, le Père James Mallon [1] dont les propos ont de quoi nous alarmer : « Le système paroissial tel que nous le connaissons va couler. Plus vite nous l’acceptons, plus vite nous pouvons commencer à construire quelque chose de neuf. » En un mot, la paroisse qui ne sort pas d’elle-même pour évangéliser est en danger de périr. Comment ne pas être d’accord ? Avec tout de même une réserve importante.

Trop de pessimisme n’est pas sans risque. Celui qui amène à baisser les bras et à laisser tout tomber. Certes, nos paroisses ne sont pas parfaites, mais j’y observe quand même d’étonnantes réserves d’énergie et l’expression d’une générosité qu’on ne trouve guère ailleurs. C’est dans nos paroisses que demeurent des veilleurs infatigables et des apôtres qui assurent la transmission de la foi. Il ne faut pas les décourager, mais leur ouvrir de nouvelles perspectives, les rendre plus conquérants. En ces moments difficiles, leur communiquer la lumière de la petite fille espérance.

Réagir à l'émission