L’éditorial de Gérard Leclerc

Podcasts

Émission du 6 mars 2019: Le sens particulier d’un carême

L'éditorial

Désert de Judée

L’entrée en carême, en pleine crise ecclésiale, a forcément un sens particulier, cette année. Ne s’agit-il pas pour toute l’Église de rentrer dans une retraite spirituelle, où elle se remet entièrement à Dieu, en se recentrant sur le mystère pascal ? L’heure n’est pas aux réformes structurelles, si indispensables certaines soient-elles. Elle est dans la contemplation du dessein salvifique de Dieu sur l’humanité, tel qu’il s’est révélé dans le drame de la Passion, la traversée du mal et la victoire du Ressuscité. La mission de l’Église est exclusivement déterminée par ce que Balthasar appelle « la dramatique divine  », et s’il lui faut s’interroger sur sa fidélité, ce ne peut être qu’en référence à la volonté salvifique où la Trinité entière se trouve associée au mystère pascal.

C’est pourquoi tous les graves soucis contemporains concernant la discipline interne de l’Église doivent être envisagés par rapport à cette économie du Salut. Et de ce point de vue, on ne saurait trop se féliciter de la nouvelle orientation que l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a désiré donner aux conférences de carême de Notre-Dame, en les confiant au père Guillaume de Menthière. Ainsi que ce dernier le déclarait à notre journaldans sa précédente édition : « C’est le kérygme – c’est-à-dire le cri retentissant de la Bonne Nouvelle – qui doit résonner sous les voûtes de la cathédrale.  » Et de préciser les directives de l’archevêque : « Parler de la résurrection, des Écritures, de la messe, des fins dernières, de l’Église  ». En bref de l’essentiel, du cœur même de la foi.

Si réforme il y a, et celle-ci est nécessaire et inéluctable, elle ne pourra naître que du retour au centre, de l’exacte fidélité de la tête et des membres au mystère proclamé dans le kérygme. Le mot d’ordre d’une telle réforme ne pourra consister dans l’adaptation au monde, à ses idéologies et à ses mœurs, mais dans la conversion de tous, le passage de la mort à la vie. Le carême est l’occasion privilégiée pour entrer dans ce travail intérieur qui mène à la sainteté. Saint Paul, dans l’épître aux Éphésiens, concentrait en quelques traits lumineux le chemin à accomplir : « C’est ainsi qu’il nous a élus en Lui, dès avant la fondation du monde pour être saints et immaculés en sa présence, dans l’amour déterminant d’avance que nous serions par Lui des fils adoptifs de Jésus Christ.  »

Commentaires

  1. Selon moi, pas de souci pour l’église, j’étais hier à la prière des malades, à saint Nicolas, non aucun souci pour l’église de notre seigneur, vraiment.

    Marc

  2. Merci Gérard Leclerc pour votre commentaire que je partage il est dit quelque part quelque part à Fatima je crois :l’église aura beaucoup à souffrir mais mon cœur Immaculé triomphera
    Soyons de vrais chrétiens.
    Cherchons au fond de notre cœur dans le silence de la foi la présence du Christ.
    N’ayons pas peur l’amour triomphera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *