L’éditorial

Podcasts

5 mai 2021 : Commémorer ou pas le bicentenaire de la mort de Napoléon : quelle sournoise arrière-pensée biaise la controverse ?

edito

Est-il indiqué de commémorer le deux-centième anniversaire de la mort de Napoléon ? Il s’est éteint le 5 mai 1821 à Sainte-Hélène, « seul au milieu de lui-même » comme dit Léon Bloy dans L’âme de Napoléon. Je me propose de renverser la question.

Que la figure de Napoléon soit digne d’être commémorée, célébrée ou conspuée, à quoi bon dès lors qu’au débat s’est substitué un chantage orienté : ou l’on s’abstient ; ou bien l’on avance le jugement dernier, et l’on se réserve un ouvrage que les générations précédentes n’ont pas eu la présence d’esprit d’envisager : lui tailler un costard selon sa valeur militaire, selon son œuvre civile, ou selon ses crimes.

Mais sommes-nous seulement capables d’assez de clairvoyance, de discernement et même de grandeur pour commémorer la mort d’un homme que ses contemporains et la génération d’après tenaient pour un géant ? On peut bien le juger. Il n’en demeure pas moins « indéchiffrable », et néanmoins non-séparable de notre histoire.

Une arrière-pensée sous-tend la controverse, que voici…

On ne cherche pas tant à nous faire douter de Napoléon, comme si nous n’étions pas déjà avertis de ses fautes, fautes que, sans attendre nos impitoyables arrêts, le peuple français, qui en son temps eût à en souffrir, s’est permis de tolérer sans quoi il n’eût pas applaudi le vol de l’Aigle, de Golfe-Juan à Paris, « de clocher en clocher jusqu’aux tours de Notre Dame ».

On ne cherche pas tant à nous faire douter de la France, comme si nous n’étions pas déjà avertis des occasions où, par de coupables relâchements, les Français n’ont pas été à sa hauteur ; et comme s’il fallait chasser de nos mémoires ceux-là qui ont montré la voie du ressaisissement et de l’honneur.

On ne cherche pas tant à nous faire douter de nous-mêmes, comme si nous n’étions pas déjà avertis de notre désarroi, de notre inconstance, de nos accès de faiblesse.

Qu’est-ce qui excite les agents du tri mémoriel, les gymnastes de l’anachronisme, les épurateurs, les vengeurs, les justiciers, les sermonneurs ?

Ce qu’ils cherchent, ce n’est pas seulement à inoculer la honte, à faire détester l’histoire de la France, à faire vomir la France, à désigner les bons Français repentants, et par là-même un peu moins français, et les mauvais Français persistants, et par là-même un peu trop « franchouillards ».

Ce que recherchent les belles âmes au détour de leur inventaire, c’est à nous dégoûter de la continuer, la France.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *