L'éclairage spirituel de Mgr Matthieu Rougé

Podcasts

Émission du 14 février 2020 : Vent de tempête

Mgr Rougé

Pendant quelques jours, notre pays a été balayé de part en part par la tempête « Ciara », un vent souvent violent a secoué toits et clochers voire déraciné arbres et pylônes, une pluie diluvienne a rincé voire raviné chaussées et champs. Notons au passage que l’expression courante « pluie diluvienne » est une référence biblique, au déluge (« diluvium » en latin) évoqué par le livre de la Genèse avec l’arche, salvatrice, de Noé. Cette tempête a été éprouvante pour ceux qui ont dû être évacués ou ont été privés d’électricité mais elle a été aussi, comme souvent en ce genre de circonstances, occasion d’entraide et de solidarité.

Cette ambivalence du vent, destructeur et source de solidarité, est présente dans les Ecritures, pour le vent mais aussi pour l’eau et le feu, à la fois potentiellement destructeurs et symboles de l’Esprit. Nous avons tous en mémoire les images terribles de l’incendie de Notre-Dame : le feu a été violemment destructeur mais il a aussi été comme une icône de l’Esprit dont la flamme éclaire la nuit de notre société déstructurée. Le monde et l’Eglise sont en pleine tempête : croissance de la violence et des transgressions éthiques dans la société, et, dans l’Eglise, abus des uns et reniement des autres voire des mêmes. Quoi qu’il en soit de ces violences, qui peuvent nous inquiéter, nous sommes aussi dans une époque où l’Esprit bienfaisant, fécond souffle au fond des cœurs. Les tempêtes elles-mêmes sont une occasion favorable pour nous ouvrir davantage au souffle de l’Esprit.

Comment ? Face à la tempête météorologique, il est impératif de formuler un diagnostic, de mettre en œuvre des mesures de protection et de veiller à chacun, en particulier aux plus fragiles. De manière analogue, face aux tempêtes spirituelles de notre temps, nous avons à cultiver la vérité, la vérité des situations et la vérité de la foi ; nous avons à nous réenraciner dans la Parole de Dieu, la vie sacramentelle, la charité fraternelle ; nous avons à cultiver notre paix profonde, celle de l’Esprit, « notre paix avec Dieu par Jésus-Christ » (Rm 5, 1) comme le dit saint Paul dans la Lettre aux Romains. Ne laissons pas les tempêtes de notre temps nous enfermer dans la peur, la panique ou le découragement. Qu’elles soient au contraire des occasions de nous ouvrir plus profondément à la force et à la paix de l’Esprit-Saint !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *