La chronique scientifique

Podcasts

Émission du 31 mai 2019: Pourquoi cet afflux migratoire en provenance du Maghreb, de l’Afrique sahélienne et du Proche-Orient ?

pexels-photo-220201

Nous assistons, depuis le début de la décennie, à d’importants flux migratoires en provenance du Maghreb, de l’Afrique sahélienne et du Proche-Orient. Pourquoi cet afflux massif et soudain ?

Pour plusieurs raisons. Certaines sont liées aux évolutions qui se sont produites dans ces pays. Evolution climatique tout d’abord : les pays en voie de développement sont, davantage que nous le sommes, exposés au dérèglement climatique dont les effets dévastateurs se multiplient et s’intensifient ces derniers temps, avec notamment des sécheresses à répétition. Evolution démographique ensuite : la croissance démographique y reste très élevée, quand elle n’est pas galopante, et l’activité économique ne parvient pas à absorber l’arrivée massive des jeunes générations sur le marché de l’emploi. Dans trente ans, la population de l’Europe aura chuté de 20 %, tandis que celle de l’Afrique aura été multipliée par deux, passant à 2,5 milliards d’habitants ! Evolution politique encore, avec le printemps arabe d’une part, et le terrorisme islamique d’autre part, qui ont profondément déstabilisé de vastes territoires. Evolution économique enfin : après avoir bénéficié à plein régime des délocalisations d’activités industrielles ou de services en provenance des pays occidentaux puis des pays de l’Europe de l’Est dans les années 2000, ces pays voient certaines sociétés mères rapatrier leurs unités de production et leurs avoirs en Europe ou aux Etats-Unis, afin de palier à la crise du chômage qui les frappe de plein fouet, de réduire les coûts et les délais de transports, et d’assurer un meilleur service après-vente. Dans le même temps, depuis la crise financière de 2008, les aides publiques qui leur sont accordées se sont considérablement réduites. Mais toutes ces raisons ne suffiraient pas à expliquer de telles migrations : un facteur majeur est Internet, qui fait maintenant de notre planète un vaste village, nous donnant, à tort ou à raison, l’impression que les distances géographiques sont abolies. L’information circule dorénavant à la vitesse de l’éclair. Même l’être humain de la plus humble condition a dorénavant accès au web, et ne peut ignorer les conditions politiques, sociales, économiques, sanitaires et environnementales dans lesquelles vivent ses contemporains. Les inégalités naguère supportables par simple ignorance réciproque des deux mondes sont maintenant mises en lumière. En outre, il n’y a pas que l’information qui circule davantage, plus rapidement et à moindre coût : c’est aussi le cas des biens et des personnes.

Il convient toutefois de relativiser : d’autres époques de l’Histoire ont connu des migrations autrement plus massives, et ces migrations ont toujours été source de vitalité pour les pays d’accueil.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *