La chronique scientifique

Podcasts

Émission du 17 mai 2019 : les phénomènes paranormaux

pexels-photo-220201

Nous abordons aujourd’hui le sujet du paranormal. Guérisons, miracles, phénomènes inexpliqués et surnaturels : y a-t-il une explication scientifique à tout cela ?

J’ai récemment relu quasiment d’une seule traite l’évangile de Matthieu, avec des yeux détachés de tout engagement religieux, de tout présupposé et de toute connaissance préalable, mais néanmoins curieux et avide de découvertes, peut-être un peu comme Zachée lorsqu’il grimpa dans l’arbre pour mieux voir Jésus qui passait. Je précise que cette lecture m’est personnelle, et qu’elle n’engage que moi. J’ai été frappé d’une chose qui m’avait totalement échappé jusqu’à présent : c’est qu’à aucun moment dans les évangiles Jésus n’accomplit de miracles pour autrui. Si vous lisez bien le récit, à chaque fois il est écrit que c’est la foi de la personne elle-même (on pourrait dire aussi sa confiance en elle, en l’autre et dans la vie, sa ténacité, voire son obstination) qui la fait avancer et la sauve. Jésus apparaît donc plutôt comme un médiateur, un catalyseur : il ne peut pas réaliser un miracle au sens « magique » du terme, c’est plutôt, me semble-t-il, le miracle qui se réalise de lui-même, parce que quelque chose s’est mis en mouvement dans la tête de cette personne. Remarquez bien qu’il ne lui vient jamais à l’idée de dire par exemple à l’aveugle qui désire ardemment voir : « Je vais faire que tu voies, et puis tiens, en prime, pendant que j’y suis, je te redresse aussi le nez que tu as un peu de travers ! ». Il ne peut pas redresser le nez de l’aveugle, car l’aveugle ne souhaite pas ardemment que son nez soit redressé. Bien plus, il ne peut pas non plus faire que l’aveugle voie contre sa volonté. On a souvent dit que c’est parce que Jésus voulait respecter la volonté de l’homme, et que s’il le voulait il le ferait, mais moi je crois que cela lui est impossible, car c’est tout simplement contraire à la loi de la nature. Au chapitre 14, c’est très symptomatique : on voit Jésus marcher sur les eaux pour rejoindre ses disciples voguant à bord d’une barque, et, par parenthèse, c’est à ma connaissance le seul miracle effectué par Jésus, parce qu’il se l’applique à lui-même, qu’il fait cet acte de foi pour lui-même. Voyant cela, Pierre lui demande de lui ordonner de faire de même pour le rejoindre. Jésus lui dit « Viens ! », mais Pierre, en s’exécutant, est pris d’une peur panique à cause de la force du vent, et commence à s’enfoncer en appelant son maître à l’aide. Et là, surprise, Jésus ne le fait pas marcher sur l’eau, impossible puisque Pierre est dans la peur, mais il le saisit par la main comme le ferait tout individu ordinaire. Le chapitre 13 est encore plus éclairant : « Il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit, à cause de leur manque de foi ». Non pas pour les punir, mais parce sans leur foi, il en est incapable !

Finalement, tout phénomène paranormal trouverait une explication rationnelle ?

Exactement ! Les manifestations surnaturelles relatées dans la Bible ont rarement été inventées, tout au plus ont-elles été amplifiées, interprétées et instrumentalisées, afin d’y voir la main de Dieu. Mais à la base, il y avait toujours un fait réel. Ainsi en va-t-il du déluge, ou de l’ouverture des eaux de la Mer rouge, qui a vraisemblablement coïncidé avec un tsunami. Récemment, à Jérusalem, des scientifiques, souhaitant déterminer si le Saint-Sépulcre présentait des excavations, ont exploité une technique d’exploration non destructive utilisant des ondes électromagnétiques, mais l’appareil a refusé de fonctionner. Là où d’aucun aurait crié au miracle, ils ont simplement justifié cette anomalie par l’extraordinaire densité d’ondes électromagnétiques produites du fait de l’intense activité de prière dans le sanctuaire. L’esprit ignorant est facilement impressionnable et consommateur de surnaturel, qui lui apporte sa dose de magie et de rêve, et le maintient dans une relative soumission. Aujourd’hui toutefois, beaucoup de mystères ont trouvé leur explication scientifique : les feux follets, les aurores boréales, les disparitions dans le triangle des Bermudes, ou encore le fameux « vaisseau hollandais volant », qui n’est rien d’autre qu’un mirage optique provoqué par un gradient de température au dessus de la mer. Quant à l’influence des astres sur nos comportements et notre psychisme, sans être absolument déterminante, elle semble indéniable. Comment imaginer un seul instant que la Lune, responsable des marées, soit sans effet sur les êtres vivants ? De la même façon, il apparaît que certaines personnes dégagent un champ magnétique plus intense que la moyenne, mais leur prêter un pouvoir de guérison est une autre affaire, car il faut compter avec l’effet d’autosuggestion.

Commentaires

  1. Merci pour cette rubrique.
    Il y a des phénomènes mystiques plus impressionnants que ceux évoqués ici!
    Par ailleurs,les premiers miracles ont été effectués dans « l anonymat » sans conditionnement du « client »!

  2. J’ai écrit l’icône du Pantocrator en 1991 selon la technique ancienne russe et l’ai remise à une amie très pieuse, pratiquante, orthodoxe comme moi. Nous nous sommes perdues de vue : je l’ai cherchée pendant plus de quinze ans, jusqu’à ce que je la retrouve en 2019. C’est alors que j’ai appris qu’elle avait passé de longs séjours en milieu hospitalier et maisons de convalescence et qu’elle avait perdu sa fille et son mari (son fils étant décédé alors que nous nous fréquentions encore il y a une quinzaine d’années). Lorsque j’ai revu cette icône, ma très grande surprise a été de constater que les deux pages de la Sainte Bible ouvertes sur St-Matthieu 25.34-36 étaient vides de leur contenu mais aucune trace d' »attaque » (manuelle, chimique, mécanique) n’apparaissait. Les autres inscriptions, en russe sur fond or, étaient intactes.Je l’ai montrée à un ingénieur chimiste qui, comme moi n’a pu donner d’explication puisque je travaille avec des pigments minéraux (donc insolubles) naturels de pierres semi-précieuses que je broie moi-même. Je l’ai montrée au prêtre de ma paroisse (je conviens qu’il est difficile de croire cela bien que quatre ou cinq amis auxquels je m’en suis ouverte en ont été bouleversés et ont admis ce phénomène ; j’ai pu montrer la photo prise en 1991 avant de remettre l’icône à mon amie. (J’écris des icônes depuis 30 ans par passion, ne les vends pas. Cette grâce m’a été donnée lors de mes recherches généalogiques en Russie et ai retrouvé 7 générations d’ecclésiastiques !).
    Etant donné les problèmes que mon amie a rencontrés, j’ai écrit à la peinture émail noire (pour accrochage sur l’olifa passé il y à 28 ans), un passage de St-Matthieu 12,28 (« Venez à moi …..je vous soulagerai »).Le prêtre l’a bénie. Cela se passait, cette année, durant la Semaine Sainte Orthodoxe. Je ne souhaite pas le divulguer mais connaître vos commentaires à ce sujet. C’est vrai et je ne l’oublierai jamais. Mon amie est très heureuse d’avoir une icône qui irradie sans avoir touché à son ensemble. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *