Face aux Chrétiens

Podcasts

Émission du 20 juin 2019: Pascal Balmand,secrétaire général de l’enseignement catholique

illustration Face aux Chrétiens

Le secrétaire général de l’enseignement catholique Pascal Balmand est l’invité de l’émission Face aux chrétiens, jeudi 20 juin. Il revient notamment sur les classes de primaire à 24 élèves, la théorie du genre et le Service national universel (SNU)

Classes à 24 élèves : ‘L’enseignement catholique sera concerné »
Le président Macron s’est engagé à limiter à 24 élèves les classes de grande section de maternelle, de CP et de CM1. Pascal Balmand affirme : « cela concerne l’enseignement catholique avec les mêmes questions et les mêmes difficultés que l’enseignement public. Il va falloir recruter des enseignants et les rémunérer » rappelle le secrétaire général qui entrevoit de « possibles contradictions avec les orientations budgétaires de 2018 et 2019 qui se sont traduites par des diminutions de postes. » Le financement des créations de postes concernera aussi l’enseignement catholique mais « de manière progressive pour des raisons budgétaires ».

Théorie du genre : « Le document du Vatican est un outil de clarification »
Interrogé sur un récent document du Vatican invitant au dialogue et à la réflexion sur les questions du genre, Pascal Balmand salue ce travail : « C’est la richesse de ce texte d’éviter les approches binaires. Le texte du dicastère fait bien la part des choses entre les études de genre dont il reconnaît la légitimité et l’intérêt et l’idéologie du genre dont il critique le bien fondé. Il y a un souci de clarification heureux. »

SNU : « La liberté de culte n’est pas respectée »
Alors que se met en place cette semaine à titre expérimental le SNU, Pascal Balmand estime que les modalités d’organisation de la période d’internat, destinée à devenir obligatoire, ne sont pas en l’état conformes au respect de la laïcité. « Il n’est aujourd’hui pas possible aux ministres du culte, de quelque religion que ce soit, d’entrer dans les enceintes et de célébrer les cultes. La loi de 1905 qui garantit la liberté de culte n’est pas respectée. La liberté de religion ne se réduit pas à un temps de prière personnelle. C’est une question de principe spirituelle, politique et accessoirement constitutionnelle. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *