Face aux Chrétiens

Podcasts

Émission du 18 octobre 2018 : Patrick Kanner, ancien ministre, président du groupe socialiste au Sénat

illustration Face aux Chrétiens

Patrick Kanner, ancien ministre, président du groupe socialiste au Sénat était l’invité de « Face aux chrétiens » émission organisée en partenariat par KTO, La Croix, RCF et Radio Notre Dame. Interrogé sur le remaniement ministériel et sur la présidence d’Emmanuel Macron il s’est montré critique. « J’ai voté pour lui pour faire face au péril de l’extrême droite, péril qui est aujourd’hui encore plus présent. Son projet politique repose sur le triptyque : libérer, protéger et unir. Il a libéré, mais pour réussir il ne peut pas sacrifier nos grands équilibres sociaux comme il le fait. »

Concernant la commission d’enquête parlementaire sur les abus sexuels au sein de l’Eglise, commission qui finalement n’a pas été retenue par le Sénat, Patrick Kanner s’est expliqué : « Ce n’était pas une initiative accusatoire mais de construction pour l’avenir. On ne visait pas l’Eglise, on défend l’Eglise, sa place dans la construction de la nation, car l’Eglise fait partie de l’histoire de la nation française. Cette Eglise vit un drame au travers de milliers d’enfants qui ont été violentés. Il est manifeste qu’il y a eu une forme d’occultation pour ne pas dire de dissimulation. L’Eglise n’a pas pu, pas su, ou pas voulu arrêter des dysfonctionnements qui ont fait que la justice de la République n’ait pas pu intervenir sur des cas qui relevaient de sa compétence. »

Interrogé sur la gauche française et sur les incidents concernant la France insoumise, Patrick Kanner a dit que « Jean-Luc Mélanchon a commis un pas de côté majeur. Les images au moment de la perquisition m’ont terrifié. Il a perdu son sang froid, or en politique, le sang froid est une vertu cardinale. Ce personnage, grand orateur, dialecticien hors pair a montré qu’il n’avait pas la stature d’un chef d’Etat. Rien ne sera plus comme avant après ces images. Il n’y aura pas d’accord politique avec cette extrême gauche. »

Patrick Kanner sur la présidence Macron : « Il ne peut pas sacrifier nos grands équilibres sociaux comme il le fait. »


Patrick Kanner : « On ne visait pas l’Eglise, on défend l’Eglise ».


Patrick Kanner sur Mélenchon « Il a montré qu’il n’avait pas la stature d’un chef d’Etat.  »

 

Commentaires

  1. Bonsoir,
    J’ai une réelle difficulté à rester à l’écoute quand plusieurs fois votre invité répète qu’il faut que la justice s’exerce,(en noyant avec persévérance son poisson par l’affirmation que cela ne se fasse pas essentiellement contre sur le clergé catholique … voyons …)et « en même temps » dit qu’il va lire le livre d’un « délinquant » qui vante grâce à son pouvoir médiatique l’accomplissement d’au moins deux GPA hors la loi, sans qu’aucun de vous trois ne relève cette schizophrénie caractérisée sur les notions de ce monsieur quant à l’exercice de la justice en France… Cette justice à deux vitesses est-elle devenue naturelle pour tous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *