Evangile et commentaire

Podcasts

10/12/2019 : lu et commenté par le père Richard Escudier, curé de St Pierre du gros-caillou (Paris VIIème)

bible

lu et commenté par le père Richard Escudier, curé de St Pierre du gros-caillou (Paris VIIème)

Commentaires

  1. La parabole de la brebis perdue pose une question : « qui est cette brebis qui s’égare ? ». Pour le formuler autrement, quels sont ceux qui s’égarent ? Jésus parle à plusieurs reprises des petits qui croient en Lui c’est-à-dire ceux qui sont vulnérables, ceux dont la foi risque d’être scandalisée. La brebis égarée est-ce que ce serait la représentation de ceux qui ont péché, de ceux qui ont commis une apostasie en s’éloignant de la Foi ou encore ceux qui en ont été exclus. L’on peut penser que ce chapitre 18 de saint Matthieu parle de ceux qui se sentent exclus. Selon cette interprétation le scandale serait le manque de pardon qui décourage les petits dont la seule richesse encore une fois c’est leur foi en Jésus. C’est bien ce péché d’arrogance ou de suffisance qui empêche d’accéder à la miséricorde de Dieu. Rappelons-nous la prophétie d’Ezékiel « Vous n’avez pas fortifié les brebis chétives, soignez celles qui étaient malades, pansez celles qui étaient blessées. Vous n’avez pas ramené celles qui s’égaraient, cherchez celles qui étaient perdues. Mais vous les avez conduites avec violence et dureté. Elles se sont dispersées faute de pasteurs pour devenir la proie de toute bête sauvage ». Jésus nous invite à partager sa sollicitude pour le pêcheur. Notons bien que c’est plus difficile d’accueillir le pécheur que d’espérer pour soi-même le pardon des autres. Aussi il faut réfléchir très attentivement sur le sens de ces invitations de Jésus à la miséricorde. Le disciple est-il capable de faire un chemin personnel qui l’amène à regarder les autres comme il voudrait qu’on le regarde lui-même. Personne n’est dispensé de regarder autrui comme Dieu le regarde. Et là Jésus ne fait que rappeler un enseignement ancien. Mais bientôt Jésus lui-même s’annoncera comme le bon pasteur. C’est aussi une prophétie, Dieu lui-même se fera pasteur de son peuple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *