En Quête de Sens

Podcasts

15 avril 2019 : Pourquoi les séparations sont-elles  si complexes à vivre pour certains ?

separation

separationPourquoi les ruptures sont si difficiles à vivre la plupart du temps, pourquoi se séparer fait si mal au point d’avoir peur, parfois pour certains, de mettre fin à une relation ? Même si rompre est devenu banal aujourd’hui, dit-on, car on se quitte même via un simple sms, la blessure, la douleur est bien présente. Que dit de nous cette blessure?  N’est ce pas à la base une problématique du lien, de la relation ? On essaye d’y voir plus claire avec deux spécialistes de la question, au micro de Sophie Nouaille avec :

  • Sarah Serievic : psychothérapeute, consultante-formatrice en développement personnel et professionnel. Dans le cadre de son « Théâtre Authentique »,  Sarah Serievic conçoit et anime des stages de théâtre–thérapie. Auteur de deux ouvrages « Passage à l’acte de Vie « et « Rompre avec nos rôles », édités au Souffle d’or.
  • Pascal Anger : médiateur familial, psychothérapeute, psychanalyste  http://www.pascalanger.fr/ Pascal Anger anime également des groupes de parole d’hommes auteurs de violences conjugales, d’enfants dont les parents sont en séparation ou en divorce, groupe de parole de parents. Intervenant et superviseur à l’Ecole des parents et à l’association Esperem

 

Commentaires

  1. Bravo Sarah. « Le couple;pas plus grande initiation pour se dépasser. » si tu n’as pas « l’amour comme défi » je te l’envoie..Envie d’un dialogue avec toi

  2. bonjour

    je voulais réécouter l’ emission que vous avez faites sur le theme des personnes qui réfléchissent sans cesse
    car je me suis sentie concernée et m’ a éclairé sur des difficultés que j’ ai rencontrées dans ma vie
    pourriez vous m’ indiquer la date pour que je puisse la réécouter
    merci pour votre réponse et tout ce que vous faites
    chantal lienard

  3. Bonjour Chantal,
    merci de votre message et de votre fidélité à l’émission. L’émission est à réecouter via le podcast qui se situe juste au dessus de votre commentaire.
    Bien à vous,
    Sophie Nouaille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *