En Quête de Sens

Podcasts

5 avril 2019 : Comment déculpabiliser les parents à propos de l’éducation de leurs enfants ?

education

éducationEntre les injonctions de l’éducation positive et le besoin de donner des cadres, comment ne pas culpabiliser comme parents ! Peur d’être de mauvais parents, comment faut-il se positionner aujourd’hui vis à vis de ses enfants ?  Quel rôle parental adopter? Beaucoup ont pris de la distance par rapport à l’éducation qu’ils ont reçu eux-même, d’autres remercient pour le cadre qui les a fait grandir. La place donnée à l’enfant aujourd’hui change assurément la donne de la naissance à l’entrée dans la vie adulte? Y a t-il d’ailleurs une bonne éducation?  Comment faire les bons choix ? La famille a t-elle l’entière responsabilité devant cette mission énorme ? Eléments de réponse au micro de Sophie Nouaille avec :

  • Christian Spitz: pédiatre en libéral et au sein de la Maternité Sainte-Félicité,  pendant près de 20 ans « le doc » sur Fun Radio dans l’émission revolutionnaire de libre antenne Lovin fun créée en 1992.
  • Valentin Spitz :  psychothérapeute en cabinet et à la Maison de Solenn, écrivain

co-auteurs du livre “Éloge de l’imperfection parentale” – Les clés du doc et du psy, aux éditions Flammarion :
Entre Christian Spitz « le doc » de Fun Radio et surtout pédiatre et son fils Valentin, psychothérapeute, les relations n’ont pas toujours été un long fleuve tranquille mais plutôt un chemin long et tortueux. Par ce livre, ils ont souhaité partager leur histoire et montrer que pour bien élever ses enfants il faut accepter l’échec. En s’appuyant également sur des cas cliniques rencontrés dans leur pratique respective, ils développent des questions fondamentales de l’éducation du nourrisson, de l’enfant, de l’adolescent à l’adulte, et proposent des fiches pratiques. Ils apportent de nombreux conseils, des clés à l’usage des parents à la recherche de repères ou de sérénité. Leur objectif étant de montrer que l’éducation n’est ni un examen de passage, ni une grille d’objectifs à cocher mais d’abord de l’humain, des mots, des peines et des joies. L’éducation se transmet, s’anime et s’invente. Elle se raconte.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *