Décryptage

Podcasts

Émission du 8 février 2018 : Mai 68, faut-il redouter une commémoration « soixante-huitement » correcte ?

Philippe Delaroche

Avec Pierre Manent ( philosophe et professeur de philosophie politique français. Il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.)

Commentaires

  1. Moi je pense que la lutte des classes se poursuit, mais je dirais qu’il s’agit d’une lutte des classes intellectuelles. En effet dans notre société liquide et technique, dans son idéal du moins, c’est que chacun s’enrichit en fonction de son mérite personnel. Du coup les personnes ayant un fort potentiel intellectuel, sont aussi celles qui normalement sont le plus enrichies, donc ont le moins d’intérêt à une révolution. A l’inverse celles qui ont le moins de potentiel intellectuel, sont effectivement les moins nanties. Du coup le désir d’une révolution existe bien, mais chez des personnes qui n’ont pas les moyens de penser une stratégie. Elles en ont conscience et se gardent bien de se mobiliser dans des mouvements qu’elles savent promis à l’échec. Parmi la multitude de leaders de l’opposition, il faudrait prendre comme chef celui qui a le plus fort potentiel intellectuel. Si ce potentiel est supérieur au leader de la classe capitaliste (caput = tête), alors il devrait pouvoir mobiliser la foules des malheureux. Sent-on que les cadres de l’opposition actuels soient disponibles à une telle démarche ? Certainement pas. Ainsi peut-être sans même le savoir, en tant que membres de fait de la classe capitaliste agissent-ils sous une apparence d’opposition en conformité avec ses intérêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *