Conférences de Carême

Podcasts

15 mars 2020 : “L’Église de Marie : sainte, joyeuse, maternelle”

maxresdefault (12)

La troisième conférence du cycle 2020 “L’Église vraiment sainte ?” sur le thème “L’Église de Marie : sainte, joyeuse, maternelle” sera donnée par le père Guillaume de Menthière, curé de Paris et théologien, à Saint-Germain l’Auxerrois (1er).

L’Église de Marie

Sainte, joyeuse, maternelle

L’unique et indivise Église rassemble, outre les chrétiens militants sur cette terre, les âmes du purgatoire et les saints du ciel. En son membre le plus éminent, la Vierge Marie, elle réalise déjà ce qu’elle est appelée à être : la Toute Sainte. Certes elle compte dans ses rangs des pécheurs. Elle n’est pas la secte des purs. Elle ne craint pas de se souiller en allant rechercher ce qui était perdu. Elle dispose pour ses membres pécheurs de toutes les grâces nécessaires à leur retour à la vie. Comblée de grâce pour notre sanctification, elle veut l’être aussi par notre sainteté. La sainte Église travaille à devenir l’Église des saints. Comme la Vierge Marie elle est la servante du Seigneur. Dans la joie de croire elle chante le Magnificat. Elle traverse les épreuves, femme forte et courageuse, en étant debout dans l’espérance comme la Vierge au Calvaire. En contemplant la Mère de Jésus, l’Église apprend ce qu’est sa propre maternité. Elle engendre, porte, fait grandir les enfants du Bon Dieu, de sorte que nul ne peut avoir Dieu pour Père, s’il n’a l’Église pour mère.

Commentaires

  1. Je relève ces quelques phrases du début :
    C’est une seule église sur le ciel et sur la terre…Prenons conscience de cette dimension cosmique de l’église. Retrempons-nous à ce christianisme gigantesque. Sentons nous incorporé à ce Christ innombrable. Nous ne sommes jamais seuls, tout nous appartient dans la communion des saints. Songeons-nous assez souvent au ciel des bienheureux.

    Ce qui est formidable au ciel(…) c’est surtout qu’on y renouera avec ceux que nous détestons et ceux qui nous détestent. Nous seront reçus par ceux qui nous ont toujours été antipathiques et qui alors nous apparaîtront les plus aimables qui soient.
    Mes implacables ennemis, au ciel, au ciel, au ciel j’irai les étreindre.

    L’Eglise est cette Jérusalem céleste où tout ensemble ne fait qu’un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *