Chronique géopolitique

Podcasts

19 août 2017 : Les réalités 2017.                                      Venezuela : une descente aux enfers. Jusqu’où ?

chronique-geopolitique

 

 

Face à une Chambre des députés dominée par l’opposition, le président Nicolas Maduro a donc fait voter une nouvelle Constitution, vote aux résultats contestés : les urnes auraient été bourrées pour obtenir une majorité. Ce vote est malgré tout reconnu par Cuba et la Russie, alors que les Etats Unis et de nombreux Etats, non seulement le récuse, mais ont bloqué les avoirs de Caracas.

Guerre civile, faillite : les deux scénarios sont possibles face à la situation dramatique de l’économie du pays :

– Un PIB qui a perdu 25% de sa valeur en quatre ans alors le budget a lui aussi perdu le quart de ses recettes.

– Une inflation qui atteint les 1 660%, soit plus de 100% par mois.

– Une pénurie alimentaire obligeant la population à faire des queues interminables pour acquérir les quelques produits disponibles.

– Un manque de médicaments qui entraine une mortalité infantile sans précédent.

– L’exil des élites et des Vénézuéliens qui en ont les moyens.

– Une criminalité qui en fait un pays où l’insécurité est une triste majeure : 30 000 meurtres par an pour trente millions d’habitants. Pour situer l’ampleur du drame, la France et ses soixante cinq millions de Français déplore 900 meurtres chaque année, soixante fois moins que le Venezuela !

Quels sont les atouts dont dispose le président Maduro ? Au niveau financier ce sont ses recettes pétrolières, car le pays dispose des plus importantes réserves mondiales d’hydrocarbures. Au niveau politique il est soutenu par l’armée et une minorité d’extrémistes déterminés.

Chavez, le prédécesseur de Maduro avait bénéficié d’un cours du pétrole élevé lui  permettant de distribuer sans compter, ce qui explique l’audience dont il bénéficiait auprès des gauches européennes.

L’Europe, le Vatican et la France voudraient trouver une solution de compromis entre Maduro et l’opposition, mais est-ce encore possible ?

Le Venezuela peut devoir faire face aux émeutes de la faim. Combien de temps encore le peuple peut-il supporter de vivre dans un tel état de disettes ? Il lui faudrait une aide massive venant de l’extérieur, or elle ne peut venir ni des Etats Unis, ni du Mexique ni du Brésil proche, en proie à une crise politique et économique, certes moins profonde, mais ne lui permettant pas d’aider Caracas.

Une carte subsiste pour Caracas, la Chine qui pourrait apporter une aide financière, mais en tout état de cause Maduro et l’opposition sont-ils disposés à trouver un compromis politique ?

L’Amérique du Sud semble au bord de crises graves dont le Venezuela et la partie la plus visible, mais elles couvent aussi au Brésil et au Mexique.

L’Europe et la France peuvent-ils apporter leurs bons offices ? C’est peu probable, car leur audience est faible, mais les Etats Unis peuvent intervenir, mais dans quel sens ? Aujourd’hui, c’est l’incertitude.                    

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *