Carte blanche de Didier Rance

Podcasts

17 octobre 2020 : Construire ou détruire ?

20160826_135514

«  La faiblesse de la plupart des hommes est qu’il leur est plus agréable de construire (ou : de créer) que de détruire » : quand je lus cette phrase de Lessing, philosophe des Lumières hostile au christianisme : elle me parut si affligeante que j’en ai vérifié la source. Oui, il l’a bien écrite et assumée, cette condamnation, ou du moins ce mépris souverain de « la plupart des hommes », qui agiraient par faiblesse parce qu’ils aiment mieux construire plutôt que détruire. A vrai dire, c’est ici l’exacerbation, comme le « On a toujours raison de se révolter » de Sartre ou la déconstruction et autres philosophies du soupçon, d’une tendance générale de la modernité refusant le Créateur– et un aveu d’impuissance rageuse à rivaliser avec lui.

Non, ce n’est pas par faiblesse que l’homme construit et aime construire plutôt que détruire et aimer détruire, c’est parce qu’il a été créé tel, à l’image de son Créateur. Construire demande tout le contraire de la faiblesse : de la force, de la peine, du temps, du réalisme alors qu’il est si simple de dire non, de détruire, de se poser en s’opposant.  Il faut des mois et bien du travail pour que le champ semé produise sa récolte – alors qu’il suffit de quelques secondes à l’orage ou au bombardement pour la détruire ; il faut neuf mois qui ne sont pas de tout repos pour qu’une maman fasse se construire en elle une vie humaine, mais une fraction de seconde et la pression d’un doigt sur une gâchette ou un bouton suffit pour détruire une vie. Le reste à l’avenant : détruire suppose toujours qu’il y ait eu avant (dans le temps et sur le fond) un construire, un créer. Certes, il peut arriver que s’opposer ou détruire ceci ou cela soit nécessaire, on le voit bien de nos jours, mais c’est parce que le mal, qui en est en soi destruction, s’y est déjà introduit dedans. Et même alors la visée d’un construire meilleur doit être conservée ; comme le dit un poète, « si tu détruis, que ce soit avec des outils nuptiaux ».

Mais  ne nous y attardons pas trop, et plaignons ces pauvres âmes soupçonneuses ,critiques ou destructrices par principe qui ne comprennent pas la joie immense que Dieu nous donne d’être à son image, et à notre niveau, des créateurs.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *