Carte blanche de Didier Rance

Podcasts

10 février 2018 : Ioan Ploscaru, témoin au milieu des témoins

20160826_135514

 

la vérité est symphonique, écrivait Urs von Balthasar et cela vaut aussi pour le témoignage chrétien en situation de persécution. Dans cette « armée des martyrs » qu’évoque le Te Deum, qui louent Dieu (et dans laquelle, à la suite des papes Jean-Paul II et François, nous pouvons inclure les confesseurs de la foi), la voix de Mgr Ioan Ploscaru a son timbre distinct, tout d’humilité et de simplicité dans le courage et la fidélité, celui de l’humour dans la gravité et celui du charisme poétique au cœur de l’univers le moins poétique qui soit. Il concorde aussi avec les témoignages d’autres survivants de la grande épreuve de son Eglise que j’ai publiés en 1995 – plusieurs apparaissent dans son récit. La sortie de Chaînes et terreur, ouvrage posthume Mgr Ploscaru, une des grandes figures de l’Eglise roumaine gréco-catholique unie, fera découvrir ce beau visage de témoin de la foi qui a souffert plus de 40 années la persécution dont 15 dans des prisons et des camps. Il faudrait citer toutes les pages de Chaînes et terreur qui témoignent des sévices et des violences infligés à Mgr Ploscaru et à d’autres et qu’il rapporte, qu’il s’agisse des tortures qui brisent les corps ou des tortures « avec des gants propres » qui ne laissent pas de traces visibles sur ceux qui seront ensuite exhibés dans les procès, des tortures qui visent à tuer avec le maximum de souffrances ou sinon de façon lancinantes (le froid) ou encore, et plus satanique, des tortures psychiques et morales qui visent à conserver les corps mais à détruire les esprits et les âmes. Mais plus important encore qu’un récit sur la persécution, Mgr Ploscaru nous livre un émouvant témoignage sur la résistance de la foi – toujours avec humilité et simplicité, sans vouloir donner de leçon et encore moins se mettre en valeur. Pour lui, ce qui lui a donné la force de résister, c’est le secours de Dieu, du Christ et de la Vierge Marie – il s’est consacré à eux en l’écrivant avec son sang sur les murs d’une cellule de prison. Cette action de Dieu dans une vie et la relation personnelle au Christ et à la Vierge Marie donnent à ce livre d’être une catéchèse, ô combien vivante, de la foi catholique.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *