• Actualité
Samedi à 7h07, 16h57 - Dimanche 10h01, 14h26, 20h25 327 podcasts

Robert Hugh Benson, prêtre anglican puis catholique

01.10.22
Voir +

Réécouter l'émission

Robert Hugh Benson, prêtre anglican puis catholique

Carte blanche de Didier Rance 06h07

Robert Hugh Benson n’a pas 11 ans quand son père devient archevêque de Canterbury pour diriger l’Église anglicane, au sein d’une famille de l’élite – un de ses frères, romancier, est le « Proust anglais », un autre historien célèbre un autre universitaire et poète à qui on doit le second hymne national anglais : Land of Hope and glory. Lui sera l’ecclésiastique de sa génération, promis aux honneurs. Mais, ordonné par son père, il commence en s’installant dans les quartiers les plus pauvres de Londres puis en rejoignant une tentative de restauration de la vie religieuse dans son Église. S’ensuit une crise qui spirituelle le conduit dans l’Église catholique où il est ordonné en 1904. « Chocking » : le fils de l’archevêque de Canterbury devient prêtre catholique ! Il lui reste dix ans à vivre durant lesquels, aux dépens d’une santé très fragile, il déploie une incroyable activité de prédicateur et de confesseur. Mais aussi de musicien, d’artiste plasticien et, surtout d’écrivain. Il écrit et publie une quarantaine de livres durant ces dix ans, pour moitié des romans, mais aussi du théâtre, des recueils de poèmes, des livres pour enfants, des ouvrages de piété, des apologies chrétiennes – tous constituant autant de défenses et illustrations de la foi catholique.

Le Maitre de la Terre, évoqué par le pape François en décembre dernier, est un roman apocalyptique, et incontestablement son chef d’œuvre et tient largement la comparaison avec l’Antéchrist de Soloviev et ceux sécularisés de Huxley et Orwell, écrits une génération plus tard. Le thème en est l’Antichrist mais c’est un vrai roman, pas un pamphlet. Benson imagine le monde occidental un siècle après le sien (et donc aujourd’hui) : postchrétien, « libéral-socialiste », pacifiste, humanitaire. Un jeune américain convainc l’Asie jaune de s’entendre avec l’Europe et l’Amérique et instaure ainsi la paix universelle des nations unies dont il devient le dirigeant suprême. L’humanité entre ainsi dans la fin de l’Histoire, réconciliée avec elle-même. Langue universelle, voyages aériens intercontinentaux, primat de l’économie, du progrès technique, du bien-être, bricolage religieux et moral et euthanasie sont le destin programmé pour tous. Seul Rome résiste. Rome doit donc être détruite ! La suite ? Découvrez-la par vous-mêmes.

Réagir à l'émission