24.11.22 Camille Meyer Catégorie(s) : Actualité

Coupe du monde : Jacques Vendroux, journaliste quinze étoiles

"Pour le moral des Français, il est important que les Bleus aillent le plus loin possible".

 Jacques Vendroux, journaliste sportif à Europe 1, commente sa 15e Coupe du monde, il était l’invité de Marie Foliot mercredi 23 novembre.

Une formidable soirée pour l’Equipe de France ! Face à l’Australie, les Bleus tenants du titre ont parfaitement entamé leur Coupe du monde. Après un début de match timide, les hommes de Deschamps ont su réagir de la plus belle des façons. Pour le journaliste d’Europe 1 avec les Bleus, il y a plus que du football, « c’est de l’affect, elle me fait penser à la France de 98 avec Blanc, Deschamps, Barthez, ça me fait penser à l’équipe de Platini en 1984, il y a de l’affect et des sourires. Cette équipe donne envie d’avoir envie. Il y a tellement eu de forfaits qu’il est important de rappeler que les Bleus ont eu une force intérieure. » souligne Jacques Vendroux.

Et les polémiques au Qatar ?

Avant le début de la compétition, on parlait déjà du « mondial de la honte ». Droits de l’Homme bafoués, atteinte à l’environnement, si les polémiques sont nombreuses, le journaliste d’Europe 1 estime qu’il est trop tard. « Il n’a pas été question, un seul instant pour moi, que je boycotte la Coupe du monde » explique-t-il, « la Coupe du monde, Infantino (le président de la FIFA, Ndlr) l’annule quand il arrive au pouvoir il y a 7 ans et puis c’est tout. Il trouve un autre pays, un grand pays de football : l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne, le Portugal, l’Argentine. Il y a pleins de pays de football où les stades existent déjà. » 

Attaquant sa 15e Coupe du monde, Jacques Vendroux rappelle que politique et sport se mélangent depuis déjà de nombreuses années. En 1995, l’Afrique du Sud de Mandela remporte la Coupe du monde de rugby, une victoire porteuse d’espérance pour les 43 millions de Sud-Africains. A l’inverse, en Argentine, le mondial de 1978 aura servi de propagande au régime du dictateur Jorge Videla. « Il y 30 ans« , se souvient Vendroux, « avec le variété club de France, on a été jouer des matchs sans autorisation à Jéricho puis à Tel-Aviv. On a joué des amicaux contre les anciens internationaux palestiniens et israéliens. On a profité du football pour essayer de faire avancer modestement les choses. » 

Malgré les polémiques, les Français ne boycottent pas le mondial, 12,6 millions de personnes ont regardé TF1 pour le premier match de la France. « Pour le moral des Français », conclut Jacques Vendroux, il est important que les Bleus aillent le plus loin possible ».

Partagez sur les réseaux sociaux :